Qu’est-ce que c’est qu’un livre audio ? C’est la lecture enregistrée d’un livre déjà écrit. Et cela demande beaucoup de préparation.

Alors pourquoi le faire ? Parce que la demande pour les livres audio ne cesse de croître. Bien plus que pour les livres numériques.

Par ailleurs, leurs prix de vente sont beaucoup plus intéressants pour les auteurs. Partant de là, que faut-il savoir pour créer un livre audio à partir de son roman ? Il faut tout d’abord en comprendre le marché.

Puis, si on veut aller plus loin, savoir quelles en sont les spécificités techniques. Un livre audio ne s’improvise pas avec un magnéto dans son bureau. Et enfin, s’interroger sur la meilleure façon de procéder. Il y en a au moins deux.

 

Le marché du livre audio

Une offre de livres audio en plein développement

Le marché du livre audio est en plein essor. C’était vrai avant le covid-19, ça l’est encore plus depuis. Les chiffres de croissance sont impressionnants. Quel que soit le nom qu’on lui donne, en plus de « livre audio » : audiolive, livre lu, livre parlé, livre sonore, livre à écouter ou encore audiobook.

Pour ne prendre que deux exemples, en mars 2020, les ventes se sont envolées de plus de 50 % et les téléchargements, en livre audio, de « La peste » d’Albert Camus ont dépassé les 4000 exemplaires.

La Peste de Camus livre audio

De sorte que le nombre des éditeurs de livres audio ne cesse d’augmenter. Les maisons d’édition comme Editis, Gallimard ou Actes Sud ont désormais une partie de leur catalogue sous forme de livres audio. Et ce n’est pas tout, de nombreuses plateformes spécialisées ont développé une offre, souvent gratuite, dans ce sens.

C’est le cas, notamment, de la SNCF, avec sa plateforme SNCF e-livres. Depuis 2015, date de son lancement, son succès ne se dément pas. Récemment, elle a noué un partenariat avec Simone Hérault, dont tous les voyageurs connaissent la voix suave. Grâce à elle, une partie des 100 000 titres, disponibles gratuitement le temps d’un trajet, pourra être écoutée sur n’importe quel smartphone.

 

Les causes du développement du livre sonore

Deux raisons majeures sont à l’origine du développement du livre audio. La première est indiscutablement liée à l’équipement des ménages et, notamment, au taux d’équipement en smartphones. Selon le dernier baromètre du numérique, si 95 % des français ont un mobile, pour 77 % d’entre eux, il s’agit d’un smartphone. En outre, leur taux d’utilisation quotidienne est de 94 %. Autrement dit, le smartphone est devenu un élément indispensable de la vie courante. Ce qu’il est facile à tout un chacun de constater.

 

Les causes du développement du livre sonore
Les causes du développement du livre sonore

 

L’autre raison concerne les attentes des consommateurs de biens culturels. D’évidence, le livre audio n’est plus seulement réservé aux malvoyants ou à certains apprentissages, comme celui des langues. Besoins dont la satisfaction est à l’origine de la création des tous premiers livres audio. Non, aujourd’hui, ce qui est au cœur du livre audio, ce sont principalement deux avantages du livre audio par rapport au livre classique, papier ou numérique.

  • Le livre audio est adapté à tous les rythmes de la vie moderne. En effet, il peut être écouté, pratiquement, n’importe où et à n’importe quel moment. 

 

  • De plus, la voix apporte une dimension nouvelle à la lecture et suscite plus d’émotions pour le lecteur.

 

Comment transformer un livre papier en livre audio

Pour toutes ces raisons, un auteur ne peut que s’intéresser à la possibilité d’éditer son œuvre également sous forme de livre audio. Avant d’en voir les spécificités, notons, cependant, que le livre audio semble plus approprié pour les romans que pour d’autres genres littéraires. Mais, en réalité, tout dépend de la qualité de sa réalisation.

De fait, un livre audio ne s’improvise pas du jour au lendemain. Il faut un équipement adapté et respecter un certain nombre de consignes.

 

Quel équipement pour faire un livre audiolive ?

Pour commencer, il faut un micro et un micro de bonne qualité. Mais, il faut aussi un filtre « à postillons » et un logiciel de retouche. Comme, par exemple, Audacity, AVS, audio converter ou Reaper. Est-ce suffisant sur le plan technique ?

Non. Pour enregistrer dans de bonnes conditions, il faut également un environnement adéquat.

 

Quel équipement pour faire un livre audiolive ?
Quel équipement pour faire un livre audiolive ?

 

Un intermittent du spectacle, contraint de diversifier son activité, du fait de son confinement, résume bien la situation :

Une prod avec laquelle je travaille m’a demandé des voix. Mais, je n’avais pas de matos pour enregistrer chez moi. Alors, j’ai dû tout acheter, j’en ai eu pour 400 €. Et, j’ai construit un petit studio chez moi, en isolant avec des matelas, car ils veulent un son parfait. Mais, comme il y a des travaux devant ma fenêtre toute la journée, je dois bosser la nuit.

Il est clair que pour être distribué par les grandes plateformes que sont Kobo, Fnac.com, Google play, Itunes, Amazon ou Audible, au minimum, le son doit être impeccable. Et cela, d’autant plus que ce sont ces plateformes qui permettent d’atteindre le plus de lecteurs potentiels. N’oublions pas que si un livre numérique peut être vendu, en général, entre 3 et 4 €, il n’en est pas de même d’un livre audio qui, lui, peut être vendu entre 10 et 15 €.

 

Quelles sont les consignes à respecter pour faire l’enregistrement d’un livre audio ?

Lire à haute voix un roman, par exemple, n’est pas très compliqué. Cependant, il est quand même souhaitable d’avoir, tout d’abord, une « belle voix« . C’est ce qui fait la réussite, en partie du moins, le succès de certaines émissions radiophoniques.

Parmi mille autres, citons cette observation, sur un aspect de ce qu’est une belle voix, son phrasé, de Jean Antoine Petit, dit John Petit-Senn, certes en ce qui concerne le chant, mais tout aussi valable pour la lecture :

Un chanteur à voix belle, mais monotone, risque d’endormir : d’Orphée à Morphée, il n’y a qu’une lettre.

Pas toujours facile quand on sait qu’un enregistrement implique que la lecture se fasse doucement, distinctement et en faisant attention à sa respiration. Raison pour laquelle, mieux vaut s’entraîner, sur les premiers chapitres, avant de se lancer dans l’enregistrement proprement dit.

Pour avoir une idée de ce que cela peut donner, on peut écouter, par exemple, une lecture de poèmes.

 

Comment préparer un texte à lire

Par ailleurs, il convient de préparer le texte à lire. Tout ce qui est imprimé dans un livre publié ne se lit pas ou ne se décrit pas. Donc, pas de lecture de notes en bas de page, de sommaire, d’annexes ou de description de photos ou de graphiques.

Par contre,  on surligne les parties du texte  sur lesquelles le lecteur va insister et changer d’intonation au moment de sa lecture.

A noter qu’une lecture d’une heure, ce qui correspond environ à 10 000 mots, nécessite deux à trois heures de préparation.

Enfin, il y a quelques données techniques à respecter. Comme, par exemple, l’annonce en début de lecture, celle faite à la fin, le niveau sonore ou la durée des temps de pause, ainsi :

  • Le niveau sonore doit être compris entre 23 et 18 décibels. C’est celui d’une conversation à voix basse. Bref, inutile de hurler dans le micro.

 

  • Avant de débuter la lecture, il faut annoncer le titre de l’ouvrage, le nom de l’auteur et le nom du narrateur. Tout en respectant une pause d’une seconde à l’ouverture.

 

  • Ce temps de pause est de 5 secondes, à la fin. On y annonce, à nouveau, le titre de l’ouvrage, le nom de l’auteur, le nom du lecteur et celui du propriétaire du copyright.

 

  • Il faut, en outre, prévoir un fichier par chapitre, s’il y en a plusieurs, et, par conséquent, en faire l’annonce avant d’en débuter la lecture.

 

Comment faire un livre audio

Compte tenu de ces spécificités, l’auteur qui veut créer un livre parlé, à partir, par exemple, de son roman, a deux possibilités. Il peut le réaliser lui-même ou il peut faire appel à des professionnels. Pour ce qui est de la première, on vient de voir ce qui lui est nécessaire.

Pour ce qui est du recours à des professionnels, il a le choix entre trois options. Quelle que soit l’option, c’est la façon la plus sûre d’obtenir un bon rendu sonore. Mais, c’est aussi, bien évidemment, la plus coûteuse et cela implique une lecture attentive des conditions de vente du prestataire.

La première option est de recourir à un studio professionnel. Si possible à proximité de chez soi. Cela facilite le suivi de l’enregistrement. En principe, il s’occupe de tout. Mais, cela ne va concerner que sa réalisation. Autrement dit, le balisage des textes, le casting des voix, l’enregistrement proprement dit, la direction artistique, le sound design, le mixage et, pour finir, le contrôle qualité.

 

 

Comment faire un livre audio
Comment faire un livre audio

 

 

Il faut compter environ 300 à 400 € par heure d’enregistrement. Sachant qu’une heure correspond, comme précédemment indiqué, à la lecture de 10 000 mots.

Ce coût peut être diminué, en faisant appel aux services d’un free-lance. Ses frais de structure sont, a priori, moins élevés qu’un studio en tant que tel. Mais, il faut être vigilant sur la nature de la prestation et son contenu.

En troisième option, on s’adresser à une plateforme ou une agence spécialisée qui pourra, le cas échéant, prendre tout en charge. C’est-à-dire à la fois la réalisation, mais aussi la distribution. En général, ces structures proposent elles-mêmes plusieurs options suivant le budget dont l’auteur peut disposer.

 

En résumé

A partir du moment où un livre a été publié, en édition classique ou en autoédition, son auteur a tout intérêt à s’organiser pour qu’il puisse ajouter un livre audio à l’édition papier. En effet, c’est une formule qui permet d’atteindre un nouveau type de lectorat. Et ce dernier est en plein développement.

S’il agit dans le cadre de l’autoédition, il est certain qu’une édition complémentaire sous un format audio correspond à un surcoût. Cependant, outre le fait que ce format élargit le lectorat de l’œuvre publiée, il permet également d’en booster le rendement. Et cela, beaucoup plus qu’une version simplement numérique.

Compte tenu de ce rendement, on peut considérer que le surcoût d’une version audio d’un roman peut, ainsi, être amorti en seulement quelques mois. A plus forte raison, si on a déjà constitué un lectorat significatif avec une version imprimée. Notamment, grâce à l’autoédition.

 

4 comments

  1. Je suis monsieur abdessalem sami psychanalyste d’enfants et sexologue à Paris.
    J’ai plusieurs livres à mon actif.
    Le dernier est un roman que je souhaiterais transformer en audio.

  2. Bonjour et merci pour ce beau article.
    Je voudrais savoir si je pourrais publier sur le net des livres audio d’autres auteurs (classiques ou autres).
    Merci d’avance.

    1. Bonjour, cela semble délicat, tout du moins vous faudra t-il obtenir les droits des œuvres souhaitées ce qui promet d’être complexe. Pour plus de précisions, je vous invite à prendre contact avec un avocat ou un expert juridique spécialisé dans les droits d’auteur.

      Bonne continuation à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.