DPI, PPI, PPP, résolution, sont des notions à bien comprendre pour qui veut publier une photo. La qualité de cette photo, une fois publiée, dépend de sa résolution. Celle-ci se mesure en DPI, PPI, ou PPP, mais c’est un peu la même chose.

Quand on se sert de l’une ou de l’autre, on a recours, soit à une expression anglaise, soit à une expression française. De plus, on fait référence à un écran d’ordinateur ou à une feuille imprimée.

 

300 DPI pour les photos d’un roman

Les DPI correspondent au nombre de points par pouce. Dots Per Inch, en anglais et Points Par Pouce, en français.

Un pouce est une unité de mesure anglaise et équivaut à 2,54 cm. Pour avoir une qualité d’impression optimale, une photo doit avoir une résolution minimale de 300 DPI ou PPP. Ce qui est égal à 300 points d’impression alignés sur 2,54 cm.

 

 

Résolution DPI photo roman
En-dessous de 300 dpi, l’image risque d’être pixelisée à l’impression

 

 

Par ailleurs, il faut noter que la qualité d’une photo telle qu’elle peut apparaître sur un écran d’ordinateur n’est pas une bonne indication de ce qu’elle sera une fois imprimée sur papier.

En effet, un écran reproduit des pixels et le niveau de référence en la matière est de 72 PPI, autrement dit, Pixels Per Inch ou Pixels Par Pouce.

Par suite, c’est pour éviter de confondre les PPP qu’on préfère plutôt utiliser les expressions anglaises DPI et PPI.

 

Basse résolution des photos d’ordinateur

Cette résolution de référence est suffisante pour un écran et a l’avantage d’utiliser moins de mémoire. C’est toujours utile quand on veut réduire le temps de chargement, mais le résultat n’est pas de grande qualité quand on passe au stade de l’impression du roman.

 

Quelle résolution en DPI faut-il pour les photos d’un roman ?
Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.