Vous lancer dans l’écriture d’une nouvelle ? Pourquoi pas.

C’est un genre littéraire un peu méconnu aujourd’hui. Mais, bien à tort, comme vous allez pouvoir le voir, ci-après.

Car, il recèle de grandes potentialités. Celles-ci n’ont pas échappé aux plus grands écrivains.

Cela, à toutes les époques et dans les formes les plus diverses. Citons, entre autres, mais la liste est très longue, Guy de Maupassant, auteur de près de 300 contes et nouvelles, dont les célèbres « Boule de suif » ou « La parure ».

Ou encore, les « Contes à Ninon » d’Émile Zola. Le fait est qu’on peut considérer le 19ème siècle comme l’âge d’or de la nouvelle, sous cette appellation ou celle de contes.

Même si elle est une forme d’écriture très ancienne, elle est aujourd’hui bien plus vivante qu’on ne pense.

La nouvelle a précédé le roman. Et cela pendant longtemps. On en fait, habituellement, remonter l’origine au « Décaméron » de Boccace. Autrement dit, au 14ème siècle.

Certains critiques la font remonter encore plus loin dans l’histoire. Ils considèrent, en effet, que le père de la nouvelle serait, en réalité, l’auteur perse Al Hamadhani, en plein 10ème siècle.

Notons simplement que l’essor de la nouvelle au 19ème siècle est parallèle à celui des journaux. D’ailleurs, pour la petite histoire, juste avant cet essor proprement dit, il était habituel de distribuer dans la rue, des « exemplums » et des « canards ».

Les premiers étaient des récits édifiants, les seconds, des récits inspirés par la vie quotidienne. Comme ce dernier genre de récit s’est imposé dans les premiers journaux, ils ont fini par en prendre familièrement le nom. C’est ainsi que le journal est devenu « canard ».

Mais, qu’en est-il aujourd’hui, époque où le roman paraît dominer toute la scène littéraire ? Commençons par donner une définition de la nouvelle.

Puis, voyons en quoi la nouvelle est un art bien vivant aujourd’hui. Et enfin, listons quelques conseils à suivre pour écrire une nouvelle.

Une nouvelle, c’est quoi ? Définition de la nouvelle

Les définitions ne manquent pas. Des plus sophistiquées aux plus simples. C’est, en effet, un genre naturellement incontournable de toute étude littéraire approfondie d’une époque donnée.

Pour notre part, on va faire simple. Une nouvelle est une histoire courte. Et si on aime les catégories, on peut classer les nouvelles en quatre ensembles, selon leur brièveté :

  • Les micro-fictions de quelques lignes bien senties. Le critique d’art et journaliste, Félix Fénéon, en écrivit une fort belle qui tient en une ligne :

Emilienne Moreau, de la Plaine Saint-Denis, s’était jetée à l’eau, elle sauta du 4ème étage. Elle vit encore, mais elle avisera.

  • Les histoires courtes inférieures à 7500 mots,
  • Les novelettes de 7500 à 17500 mots,
  • Les novellas de 17500 à 40 000 mots.
Micro-fiction. Félix Féneon
Micro-fiction. Félix Féneon

On peut, bien sûr, classer les nouvelles selon d’autres critères. Comme par exemple, leur type de conception. On a ainsi, entre autres, des nouvelles « à chute », des nouvelles « instant », ou encore des nouvelle « histoire ».

La première est une nouvelle dont la fin est faite pour surprendre le lecteur. La seconde prend le temps de décrire, en long et en large, un instant particulier. C’est un peu l’histoire de la madeleine de Proust. La troisième est une histoire avec un début, une intrigue et une fin, autrement dit, un récit en bonne et due forme.

Dès lors, on comprend que les récits intimistes qu’Amélie Nothomb, auteure à succès, livre au public, chaque année, depuis 1992 et qui ne font souvent guère plus que 150 pages, soit environ 40 000 mots, puissent être considérés comme des nouvelles. Voilà qui peut changer l’idée qu’on peut avoir de la nouvelle. Il y a des ouvrages qu’on prend pour des romans, mais qui, en fait, sont bel et bien des nouvelles.

 

Avantages de l’écriture d’une nouvelle

La nouvelle a donc, non seulement, toujours un avenir, comme le montre le poids éditorial d’une auteure telle qu’Amélie Nothomb, mais peut aussi constituer une belle rampe de lancement pour des ouvrages plus ambitieux, en tout cas, plus complexes. Car, ne l’oublions pas, écrire une nouvelle est un excellent exercice d’écriture. D’ailleurs, la rédaction d’une nouvelle est au programme de la plupart des ateliers d’écriture.

Ateliers d'écriture
Ateliers d’écriture

Qualités nécessaires pour écrire une nouvelle

La rédaction d’une nouvelle implique, en effet, des qualités indispensables pour être un bon écrivain. Comme, par exemple :

  • L’esprit de concision,
  • Une construction du récit très précise,
  • Ou encore, la clarté et l’efficacité de l’intrigue. 

Cela se comprend, puisque le texte étant court, il lui faut être très bien pensé, pour dire tout ce qui est essentiel et laisser, quand même, une impression marquante au lecteur, une fois sa lecture achevée.

 

Facilités de correction et de relecture

Autres avantages de la nouvelle, elle peut être remaniée autant de fois que nécessaire et n’être livrée à un éditeur que lorsque son auteur est vraiment satisfait de ce qu’il a écrit. Avouons-le, cela peut être beaucoup plus difficile quand ce texte fait plus de 300 pages et qu’on y trouve un foisonnement de personnages.

Facilités de correction et de relecture
Facilités de correction et de relecture

 

Promotion de l’auteur

Enfin, la rédaction d’une nouvelle est une excellente occasion pour un auteur de se faire connaître. A peu de frais et dans un laps de temps réduit.

Et cela d’autant plus, qu’il y a un grand nombre de concours auxquels il est possible de participer. On peut citer, entre autres, le prix Albertine Sarrazin, le prix Mauves en noir, ou encore, le prix de la nouvelle d’Angers.

 

 Trois conseils pour l’écriture d’une nouvelle

Cela dit, avant de se lancer dans l’écriture d’une nouvelle, outre les qualités nécessaires, précédemment indiquées, qu’il convient de développer, il est, notamment, recommandé de :

  • Ne pas craindre d’expérimenter. Du fait de son format réduit, la nouvelle permet à son auteur de tenter des expériences et de rechercher plus facilement le genre, historique, polar, fantastique, ou autre, dans lequel il peut exceller.

 

  • Rester sur une idée. Toujours pour les mêmes raisons, le format réduit, il est conseillé à l’auteur de la nouvelle de ne pas se disperser.

 

  • Avoir une vision d’ensemble de son travail d’écriture et cela, dès le début de ce travail.
Conseils pour l'écriture d'une nouvelle
Conseils pour l’écriture d’une nouvelle

 

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la nouvelle est donc loin d’être un genre mineur ou un sous-genre. Le mot « nouvelle » est, peut-être, moins vendeur que celui de « roman », mais les textes qu’il recouvre peuvent être très porteurs.

Rappelons, s’il en est besoin, qu’Alice Munro, de nationalité canadienne, prix Nobel de littérature 2013, a essentiellement publié des recueils de nouvelles, tout au long de sa longue carrière d’écrivaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 comments

  1. Bonjour,
    Je suis dans l’écriture d’une nouvelle (environ 60 pages). C’est une fiction mettant en scène un homme ayant dans sa vie parcouru des milliers de kilomètres à vélo, mais atteint de la maladie d’ALZHEIMER et hébergé dans une structure spécialisée depuis 3 ans. Des envies de liberté …..etc.
    Pouvez-vous me donner une idée du coût d’une édition à 200 exemplaires ?

    nb: J’ai écrit à ce jour 2 livres.

    1. Bonjour,
      Tout dépendra du format et des finitions choisies, nous avons certains modèles qui démarrent à environ 5€, d’autres à une quinzaine. N’hésitez pas à prendre contactcontactcontact avec notre service client pour ce type de demande technique, il sera mieux à même de vous répondre.
      Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.