Les interfaces graphiques de Microsoft et d’Apple ont fait beaucoup pour la démocratisation de l’informatique. Au point qu’elles paraissent incontournables et uniques.

Or, non seulement il est possible de s’en passer, mais dans certains cas, cela peut être souhaitable, voire même nécessaire. Les langages LaTex, Vi et Asciidoc sont des langages de description, libres et gratuits.

Autre point commun, ils demandent un apprentissage qui peut être fastidieux pour nombreux utilisateurs. En effet, à la différence des traitements de textes habituels, ils ne fonctionnent pas sur le mode WYSIWYG, autrement dit, What You See Is What You Get.

Cependant, d’une certaine façon, cet apprentissage est du même ordre que celui des balises HTML. Rien d’insurmontable, par conséquent.

 

Que peut-on attendre de chacun des langages, sans interfaces graphiques, dans l’écriture de livre ?

LatEx pour la rédaction, sans interfaces graphiques, de documents scientifiques.

Le langage LaTex semble le plus utilisé. En tous cas, il est très apprécié de la communauté scientifique. En effet, beaucoup d’universitaires, mathématiciens, informaticiens ou physiciens, reconnaissent les avantages de LaTex pour la rédaction de leurs livres,  thèses ou mémoires.

De fait, il présente l’énorme avantage de pouvoir représenter fidèlement les formules mathématiques et les figures trigonométriques. Et cela, bien mieux que ne peuvent le faire les traitements de texte traditionnels avec interfaces graphiques.

De plus, nul besoin pour les auteurs d’avoir à s’occuper des règles typographiques, de la mise en page, de la numérotation et de la composition des tables de matières. Car, toutes ces opérations se font automatiquement. Ils peuvent donc se concentrer sur le texte sans avoir à s’occuper de ces questions.

 

 

Écrire un livre sans interface graphique avec VI, Latex ou Asciidoc
Écrire un livre sans interface graphique avec VI, Latex ou Asciidoc

 

 

Vi pour jongler avec les modes d’affichage.

Vi est un langage désormais relativement ancien. C’est un éditeur modal.

Suivant les instructions qu’on lui donne, il passe du mode ligne à ligne au mode plein écran et inversement. L’apprentissage des commandes est assez complexe, car elles renvoient à des lettres uniques et non à des mots.

De plus, ces commandes ont été faites pour un public anglophone. Accessible tout le temps, facile à charger, Vi est l’éditeur standard de Unix/Linux et le préféré des utilisateurs qui ont gardé une âme d’hacker.

Il se nomme Vim dans sa version modernisée.

Asciidoc pour rendre tout document publiable.

Quant à Asciidoc, c’est un langage de balisage léger. Il a pour finalité de transformer tout document source dans d’autres formats comme XHTML, DocBook, ou HTML et de les rendre publiables. Certains utilisateurs aiment bien Asciidoc pour leurs prises de notes, surtout quand elles sont techniques.

Maintenant, vous savez vers quel langage/programme pour écrire un livre sans interface graphique.

Interfaces graphiques absentes, à quoi servent les langages LaTex, Vi, ou Asciidoc ?
4 (80%) 1 vote[s]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.