Et pourquoi pas se trouver un livre pour savoir comment écrire un roman ? Car, enfin, il faut en finir avec le mythe que l’écriture d’un roman est innée et que cela ne s’apprend pas.

Il y a longtemps qu’aux États-Unis tout apprenti auteur peut s’inscrire à un cours de « creative writing ». Des auteurs très connus aujourd’hui sont passés par là et des auteurs à succès en assurent volontiers l’animation.

De nombreux blogs animés par des écrivains ou des lecteurs chevronnés, des sites comme celui de CoolLibri ou ceux d’auteurs connus, comme celui de Bernard Werber, donnent, régulièrement et gratuitement, leurs meilleurs conseils aux lecteurs internautes désireux de se lancer dans l’écriture d’un roman.

Leurs rédacteurs ont compris tout l’intérêt que leurs conseils, puisés aux meilleures sources et tirés de leurs lectures, pouvaient apporter à leurs lecteurs. Cependant, arrive un moment où ces conseils finissent par être insuffisants.

Les lecteurs veulent en savoir davantage. Ils veulent pouvoir se reporter facilement aux paragraphes qui les intéressent le plus ou approfondir certains passages.

Bref, ils veulent un livre qui leur dit tout sur la méthodologie pour écrire un livre.

Oui, mais lequel choisir ? Pas simple de s’y retrouver dans la multitude d’ouvrages proposant des conseils d’écriture pour écrire un premier roman.

Ils parlent tous de la même chose, mais peuvent être très différents les uns des autres. Nous vous proposons donc ci-après, une sélection de 4 livres pour écrire un roman, classés dans 4 catégories, en fonction de leur style de lecture, de l’originalité de leur méthode et de leur degré d’information générale.

1 – Livres techniques et polyvalents pour écrire un roman

L’avantage des livres de cette catégorie, c’est qu’ils sont très complets et que leur approche est didactique. En général, ils s’organisent autour de fiches pratiques, avec un grand nombre d’exercices et d’exemples.

Par ailleurs, ils donnent aussi beaucoup d’informations sur la façon de contacter un éditeur. Livre sélectionné : « Écrire pour les Nuls » de Gilles Guilleron.

Un livre qui dit tout sur la méthodologie pour écrire un livre
Un livre qui dit tout sur la méthodologie pour écrire un roman

 

– Titre : Écrire pour les Nuls

L’ouvrage, de 438 pages, publié en 2012, fait partie de la célèbre collection « Pour les Nuls » lancée en 2001 par les éditions First, sur le modèle de la non moins célèbre collection américaine « For Dummies ». A noter, pour la petite histoire, que le titre du premier ouvrage publié dans la collection s’intitulait « Français correct pour les Nuls ».

Écrire pour les nuls
Écrire pour les nuls

Aujourd’hui, avec près de 1200 titres publiés, la collection s’impose, disent ses éditeurs, 

Comme la référence pour la transmission ludique des savoirs et des connaissances : avec les Nuls, tout devient enfin facile !

– Auteur : Gilles Guilleron.

L’auteur, est professeur agrégé de Lettres modernes et il a écrit de nombreux autres ouvrages, tels que « Origines d’une ribambelle d’expressions populaires » ou « Chefs d’œuvre de la littérature mondiales pour les Nuls ».

– Contenu et Avis

Les 6 chapitres du livre traitent, par exemple, aussi bien des outils pour bien écrire que de l’histoire de l’écriture et de la langue française, que des ateliers d’écriture et de la place du narrateur ou que de la syntaxe de la langue française, incontournable dans un roman.

Le livre se lit facilement comme tous les ouvrages de la collection. En plus des conseils pour l’écriture d’un roman, il est très polyvalent et donne des indications utiles touchant à tous les domaines de l’écriture en général.

– Voir aussi

Dans la même veine, on peut citer  » Écrire : un plaisir à la portée de tous, 350 techniques d’écriture créative » de Faly Stachak. L’ouvrage, très complet, de 468 pages, a été publié par les éditions Eyrolles, en 2004. En outre, il peut être téléchargé.

 

2 – Livres de trucs qui marchent pour écrire un roman

Parmi tous les livres parus sur le sujet, la méthode Chabossot, choisie pour figurer dans la sélection, est difficilement classable. Comme l’a écrit un lecteur :

Je n’ai peut-être pas appris grand-chose, encore que, mais en tout cas, j’ai bien ri et c’est déjà pas mal.

– Titre : Comment devenir un brillant écrivain, alors que rien (mais rien) ne vous y prédispose

Le livre de 265 pages a été publié pour la première fois par les éditions Milan, en 2007.

Comment devenir un brillant écrivain : Alors que rien (mais rien) ne vous y prédispose de Aloysius Chabossot

– Auteur : Aloysius Chabossot

L’auteur a exercé de nombreux métiers et il a publié une dizaine de livres en autoédition, avant de l’être chez Eyrolles et chez Milan. Tous ses livres, comme par exemple :

utilisent l’humour pour faire passer des réflexions très sérieuses.

A noter que pour certains critiques, Aloysius Chabossot pourrait être le pseudonyme de Jean-Philippe Blondel qu’il cite abondamment.

 

– Contenu et avis

Une première partie rappelle, évidemment de manière humoristique, ce que peut être le pacte entre l’auteur et ses lecteurs, tandis que les 2ème et 3ème parties fournissent une analyse intéressante des genres littéraires et de la construction romanesque. A propos du pacte, somme toute bien réel, Aloysius Chabossot précise que :

Bon nombre d’écrivains en devenir ignorent jusqu’à l’existence de ce pacte. En conséquence, ils s’autorisent à raconter n’importe quoi.

Bon nombre d'écrivains en devenir ignorent jusqu'à l'existence de ce pacte. En conséquence, ils s'autorisent à raconter n'importe quoi.
Bon nombre d’écrivains en devenir ignorent jusqu’à l’existence de ce pacte. En conséquence, ils s’autorisent à raconter n’importe quoi.

Le ton adopté par l’auteur peut surprendre. Mais, il a cet avantage peu fréquent de « remettre les pendules à l’heure » et de rappeler que l’écriture d’un roman est un travail ardu et de longue haleine.

Et cela, malgré les promesses de nombre d’ouvrages qui prétendent l’inverse. Mieux vaut rire de ses essais d’écriture et continuer à écrire, plutôt que de se laisser envahir par la déception, faute de réussir à atteindre les objectifs assignés par une méthode à succès, parmi d’autres, et finir par renoncer à écrire.

 

– Voir aussi

Dans un style non humoristique, mais fondé sur une expérience aussi diversifiée et de terrain que Aloysius Chabossot, on peut se référer au livre pragmatique d’Isabelle Meyer, « Écrire un roman : les trucs qui marchent« . L’auteure est aussi biographe à la demande, musicienne, et créatrice de jeux de société. Le livre de 192 pages a été publié par la maison d’édition « Le Pont du vent », en 2015.

 

3 – Livres pour écrire un roman à la mode américaine

Aux États-Unis, écrire un roman cela s’enseigne. Depuis longtemps. Compte tenu de la culture du résultat propre aux américains, on peut être sûr, s’il en était encore besoin, que cela doit avoir une utilité. De ce point de vue, le livre de Bob Mayer, retenu pour faire partie de la sélection, en fournit un bon exemple.

– Titre : Écrire un roman et se faire publier

Le livre de 225 pages a été publié par les éditions Eyrolles dans sa collection « les Ateliers d’écriture ». Il a été traduit par Emmanuelle Debon et Emmanuel Plisson.

Ecrire un roman et se faire publier
Ecrire un roman et se faire publier de Bob MAYER

 

– Auteur : Bob Mayer

Bob Mayer, sous ce nom ou celui de l’un de ses nombreux pseudonymes, est l’auteur de près de 60 romans. Il a vendu plus de 4 millions d’exemplaires de ses livres dans une douzaine de pays. C’est un auteur à succès, notamment spécialisé dans la SF et les thrillers.

Né à New York en 1959, Bob Mayer, diplômé de l’Académie de West Point, ancien Béret Vert, parallèlement à son métier d’écrivain, enseigne l’écriture dans plusieurs universités et dirige la maison d’édition, « Cool Gus Publishing ».

 

– Contenu et avis

L’auteur décrit dans son livre toutes les étapes de l’écriture d’un roman. Il parle ainsi du plan, de la première page, du scénario, des personnages et des héros, du suspens, des derniers mots et du synopsis.

Mais, il ne s’arrête pas au seul travail d’écriture. Il aborde aussi cet autre travail qu’est la recherche d’une maison d’édition.

Il s’intéresse alors à la forme du manuscrit, au contenu d’une lettre d’accompagnement et à l’art de convaincre un éditeur pour se faire publier.

 

Évidemment les auteurs de poésie ou de pièces de théâtre, par exemple, ne trouveront pas forcément leur compte auprès d’un auteur spécialisé dans l’écriture de livres d’action comme l’est Bob Mayer. Cependant, c’est un livre à lire un crayon à la main comme le précise un de ses critiques. Et comme Bob Mayer le dit lui-même :

 

Quand j’ai commencé à écrire, j’ai lu de nombreux manuels de ce type. En fait, je ne les ai pas compris avant de me mettre à écrire. A ce moment-là, tous les conseils ont commencé à prendre leur sens.

 

Quand j'ai commencé à écrire, j'ai lu de nombreux manuels de ce type. En fait, je ne les ai pas compris avant de me mettre à écrire. A ce moment-là, tous les conseils ont commencé à prendre leur sens.
« Quand j’ai commencé à écrire, j’ai lu de nombreux manuels de ce type. En fait, je ne les ai pas compris avant de me mettre à écrire. A ce moment-là, tous les conseils ont commencé à prendre leur sens. »

 

– Voir aussi

Dans le même esprit que Bob Mayer, mais dans un genre totalement différent, celui du roman féminin, il faut citer le livre autoédité de Marie Vareille dont le titre est :  » Écrire un roman : comment devenir écrivain, écrire un livre et le faire publier« .

On peut, notamment, se le procurer via son blog marielitenpyjama. Diplômée de l’ESCP Business School et de la Cornell University, née en 1985, Marie Vareille a réussi, en peu de temps et après un détour par le service marketing de « licornes », à devenir une auteure réputée.

Ses 6 premiers romans se sont vendus à plus de 400 000 exemplaires. Son dernier livre, « La vie rêvée des chaussettes orphelines », a été publié, en 2019, dans la collection « Charleston » des dynamiques éditions Leduc.

 

4 – Livres de secrets d’écrivain pour écrire un roman.

De nombreux auteurs, connus depuis longtemps sur la scène internationale, ont écrit des ouvrages hybrides, mi-autobiographiques, mi-techniques, pour dévoiler leurs secrets d’écriture. Citons, par exemple, le livre de Virginia Woolf, « L’art du roman » ou les innombrables études sur l’art d’écrire ayant Victor Hugo, pour sujet.

Inutile de dire que ces ouvrages ou ces études présentent un très grand intérêt, non seulement pour la critique littéraire, mais aussi pour tous les apprentis auteurs. En effet, on a toujours à gagner à se confronter aux meilleurs. L’auteure choisie ici pour représenter cette famille d’expériences sur l’art de raconter une histoire est Elizabeth George.

 

– Titre : Mes secrets d’écrivain

C’est un livre de 272 pages publié en 2014 par les éditions « Place des éditeurs » qui font partie du groupe Editis. Il peut être téléchargé. Et comme sous-titre, l’auteure a ajouté : Écrire un roman, ça s’apprend !

Mes secrets d'écrivain
Mes secrets d’écrivain

 

– Auteure : Elizabeth George

Elizabeth George, née dans l’Ohio en 1949 et vivant aux États-Unis, écrit essentiellement des romans policiers dont l’action se déroule en Angleterre. Ce qui fait d’elle une grande spécialiste des « mêmes » d’origine britannique.

Sa carrière de romancière a commencé en 1988 avec « Enquête dans le brouillard ». Elle y met en scène, pour la première fois, l’inspecteur Lynley qu’on retrouve, 30 ans et 20 romans plus tard, dans son dernier roman,  « La punition qu’elle mérite », publié en 2019.

Pour certains critiques, la littérature policière est un genre mineur, pour d’autres, au contraire, à l’heure actuelle, elle est un pilier de la littérature populaire et sociale, à l’instar de Charles Dickens ou d’Eugène Sue. En tout cas, Elizabeth George est considérée, dans son domaine, comme l’une des plus grandes romancières et a vendu plus de 7 millions de ses ouvrages, rien qu’aux États-Unis.

 

– Contenu et avis

L’auteure détermine 12 étapes clés pour écrire un roman. Cela commence par l’idée, puis par l’idée développée, les recherches, la création de personnages, l’élaboration du décor, la création du canevas, la mise en place du séquencier, la relecture n°1, la rédaction du premier jet, la rédaction du 2ème jet, la bêta lecture et se termine par la validation.

 

Pour certains commentateurs, la méthode d’Elizabeth George fait beaucoup penser à la méthode du flocon de neige, très pratique pour développer une idée et structurer une narration. La méthode a été développée par Randy Ingermanson, auteur de 6 romans, aux « diégèses » surprenantes, où ne manque plus que l’usage des langues romanes, et de 2 livres sur l’écriture de roman, dont la fameuse méthode du flocon de neige.

 

Voir aussi

On peut aussi se référer au maître des romans fantastiques, Stephen King. L’auteur de « Salem », de « Shining », ou de « ça », lauréat de très nombreux prix, décrit sa méthode d’écriture dans son autobiographie, publiée sous le titre « Ecriture, Mémoires d’un métier« .

 

Livre pour écrire un roman : le mot de la fin

Bien d’autres ouvrages mériteraient de figurer dans notre sélection, comme, par exemple, la réflexion, sous forme d’essai, de Sophie Divry, « Rouvrir le roman » ou le livre de combat de Chris Baty, « Ecrivez un roman en 30 jours« .

Dans ce dernier ouvrage, tout y est volontairement axé sur la performance, plus que sur la qualité des récits. L’objectif est, en effet, de participer, en toute liberté, au mois national de l’écriture (NaNoWriMo) dont Chris Baty est le fondateur.

J'éprouve chaque fois le même mélange de fascination et de perplexité quand j'entends quelqu'un dire qu'on ne peut pas enseigner l'écriture. Franchement, je n'arrive pas à comprendre cette façon de voir.
J’éprouve chaque fois le même mélange de fascination et de perplexité quand j’entends quelqu’un dire qu’on ne peut pas enseigner l’écriture. Franchement, je n’arrive pas à comprendre cette façon de voir.

Quel que soit le livre choisi, il faut se souvenir de ce qu’écrit Elizabeth George dans la préface à son livre et qui retrouve pour l’occasion les accents de l’enseignante qu’elle a été :

J’éprouve chaque fois le même mélange de fascination et de perplexité quand j’entends quelqu’un dire qu’on ne peut pas enseigner l’écriture. Franchement, je n’arrive pas à comprendre cette façon de voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.