Votre dada, c’est la langue française. Orthographe, grammaire, syntaxe, ponctuation : rien n’échappe à votre regard aiguisé.

Pour toutes ces raisons, vous envisagez de devenir correcteur-relecteur. Oui mais comment s’y prendre ?

Suivez le guide.

 

Suivre une formation de correcteur-relecteur

Il n’est pas obligatoire de posséder un diplôme pour exercer en tant que correcteur-relecteur. En effet, le métier n’est pas réglementé et aucune formation n’est imposée.

Toutefois, si vous voulez prouver votre sérieux à vos clients, notamment aux grosses maisons d’édition, il est recommandé d’avoir suivi une formation. La plupart des correcteurs-relecteurs ont derrière eux une formation de journaliste, professeur, éditeur ou encore rédacteur. Ils ont souvent un niveau bac +2 à +5.

 

Les cursus qui peuvent vous intéresser sont :

  • Un master Métiers du livre et de l’édition
  • Le Centre d’écriture et de communication
  • L’Asfored (Centre de formation du Syndicat national de l’édition)
  • L’Institut français de presse
  • Le CFPJ (Centre de formation et de perfectionnement des journalistes)

Vous trouverez aussi de nombreuses formations privées dans des écoles spécialisées. Enfin, si vous n’avez pas la possibilité de reprendre les études à plein temps, des cours du soir ou des cours par correspondance sont souvent proposés.

 

Trouver du travail en tant que correcteur-relecteur

Il existe très peu de postes fixes de correcteur-relecteur. Les rares contrats à plein temps sont essentiellement dans des rédactions, et ils tendent à disparaître.

La plupart des correcteurs-relecteurs adoptent le statut d’auto-entrepreneur pour trouver des missions. Il s’agit le plus souvent d’une activité d’appoint, pour dégager des revenus complémentaires à son métier principal.

 

devenir correcteur-relecteur
Du web au print…Devenir correcteur-relecteur pour différents interlocuteurs.

 

 

Les maisons d’édition

Les éditeurs sont les principaux clients des correcteurs-relecteurs. Ils ont un besoin constant de personnes pour relire les manuscrits avant leur parution.

Ils assurent généralement une rémunération confortable, mais exigent un niveau irréprochable.

 

Les journaux et magazines

Les rédactions demandent de plus en plus aux journalistes et aux secrétaires de rédaction de corriger eux-mêmes leurs articles. Toutefois, certains journaux et magazines cherchent toujours des correcteurs-relecteurs avec un œil exercé.

 

Les sites internet avec un contenu éditorial

Tout site qui contient des articles de blog ou des rédactionnels peut avoir besoin d’un correcteur-relecteur. N’hésitez pas à démarcher vous-mêmes ces sites internet qui n’ont bien souvent jamais pensé à s’adjoindre les services d’un correcteur-relecteur.

 

Les entreprises spécialisées

Il existe beaucoup d’autres clients pouvant être intéressés par les services d’un correcteur-relecteur. On peut citer par exemple : 

  • Agences de traduction.
  • Agences de communication.
  • Association d’aide aux personnes illettrées ou étrangères.
  • Ecoles privées.
  • PME et entreprises (notices de produits, communiqués, ebooks…).

En résumé, le correcteur-relecteur devra savoir frapper aux bonnes portes pour trouver des missions.

Que faire pour devenir correcteur-relecteur ?
5 (100%) 1 vote[s]

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.