Difficile à croire ? Pensez-y une minute et rien qu’une petite minute. Si vous travaillez pour un studio graphiste, vous allez comprendre sans peine comment  créer une BD peut illuminer votre vie. Si ce n’est pas le cas, oubliez  pour l’instant vos éventuelles réticences pour le dessin. Sachez seulement que tout le monde peut créer et que c’est quasiment de l’ordre de l’instinct.

Les voies de la création sont multiples, voire même infinies, c’est pourquoi il y a en a toujours une que vous pouvez emprunter. Créer fait partie de la vie, voire même redonne la vie. Et la BD, dans tout cela ? Elle est une de ces voies, et sans doute une des plus praticables.

 

Créer fait partie de la vie

Chaque fois que vous devez faire face à un imprévu, vous devez trouver une solution, autrement dit, créer. Cette solution n’est souvent qu’une habitude et vous ne faites que mettre en oeuvre une solution déjà éprouvée. Où est la création ? Sauf que cela ne marche pas à tous les coups. Si vous utilisez une recette que vous connaissez par cœur, en réalité, ce n’est jamais tout à fait la même. Les cuisiniers savent de quoi il retourne.

 

Vous pouvez aussi vous retrouver dans l’incapacité de donner libre cours à votre créativité. Cela peut être dangereux pour votre santé même. C’est l’impasse, ou plutôt le sentiment de se trouver dans une impasse.

 

  • Vous travaillez pour un studio graphiste. Vos créations sont des créations de commande. Il arrive un moment où ces créations imposées finissent par vous peser.  Vous commencez alors à rêver d’autre chose. Et pourquoi pas créer une BD puis l’imprimer?

 

S'exprimer grâce à la création de BD
S’exprimer grâce à la création de BD

 

  • Vous n’êtes pas graphiste et chaque fois que vous avez essayé de dessiner, le résultat fut peu encourageant. Le dessin finalement vous ennuie. Décidément, vous n’êtes ni Léonard de Vinci, ni Picasso, et vos traits sur le papier Canson vous désolent. Pourtant, il y a des artistes qui vous parlent, comme Jean Dubuffet, par exemple. Ce n’est guère étonnant, l’art brut dont il a été un des initiateurs n’est rien d’autre que l’art de tout un chacun. Il avait pour habitude de dire :

« Le vrai art, il est toujours là où on ne l’attend pas. Là où personne ne pense à lui, ni ne prononce son nom. »

Alors, pourquoi ne pas essayer, vous aussi, de créer une BD ?

Et à défaut, si vous écriviez ? Ce n’est pas si difficile. Le guide du débutant pour écrire un livre est fait pour vous y aider.

 

Créer redonne la vie

Prévenir vaut mieux que guérir, dit le proverbe. Mais, quelques fois, le malaise ou le mal-être s’est installé sans crier gare. Cela aussi a du sens. « Les maux pour le dire » est une expression souvent employée pour souligner l’importance qu’il y a à s’écouter. Il vous faut entendre ce que le « mal a dit ».

Sous le nom de décodage biologique, de nombreuses études ont été faites pour essayer de saisir le sens de ce que le mal dit et d’établir des correspondances. Quoiqu’il en soit, l’intérêt d’une telle approche est de souligner le rapport étroit qui existe entre état physiologique et état mental. Cette relation est au centre de l’art thérapie et de la BD qui lui sert souvent de support.

Créer ma BD
« La réalisation de soi-même en exprimant son art sur planche est un régal. »

L’Université l’a bien compris et elle propose désormais plusieurs formations diplômantes dans ce domaine. Un mémoire de recherche en Master 2 de psychologie clinique et de psychopathologie, ayant pour thème « la médiation thérapeutique par la bande dessinée », a ainsi été soutenu en 2014 à l’université d’Aix-Marseille.

Plusieurs BD récemment publiées témoignent des effets éminemment positifs de la « BD-thérapie ». Le succès qu’elles rencontrent dit aussi le soulagement qu’elles peuvent apporter et faire partager.

« Je n’ai pas eu l’impression d’exorciser ou de faire une thérapie en travaillant sur cette BD parce que, de mon point de vue, je l’avais bien vécu et je n’avais aucune séquelle psychologique. Mais c’est au moment de la publication que je me suis rendu compte que j’avais un poids en moins »

dit ainsi Alice Baguet.

 

Créer une BD, ce n’est pas si compliqué

Les origines

En définissant la BD comme un art graphique, narratif et séquentiel, certains auteurs font remonter les origines de la BD très loin dans le temps. Le plus simple est de retenir que le premier artiste du 9e art s’appelle Rodolphe Töpfer.

En découvrant l’histoire de Mr Jabot que l’écrivain suisse publie à Genève en 1831 et qualifie de « littérature en estampes », Goethe se montre très enthousiaste et déclare :

« C’est vraiment trop drôle ! C’est étincelant de verve et d’esprit ! Quelques-unes de ces pages sont incomparables. »

À partir de ce moment, la BD est définitivement lancée et va se diffuser partout.

 

Les styles

Le style « ligne claire »

Créée en Europe, la « littérature en estampes » va y connaître des débuts fulgurants.  Avec l’arrivée de nouveaux auteurs, elle va évoluer et bientôt acquérir ses lettres de noblesse. « Bécassine » s’impose en France à partir de 1905 et en Belgique,  les aventures de Spirou et de Tintin dans les années 30 lui donnent sa modernité. C’est à cette époque que Georges Rémi, le père de Tintin, devient alors Hergé.

La BD franco-belge définit un style, celui de la ligne claire, dont Hergé a été en quelque sorte le précurseur. Ce style  se caractérise par un graphisme d’une grande sobriété et un scénario réaliste. Les spécialistes n’emploient cependant l’expression  « ligne claire » que depuis la fin des années 70.

 

Le style comics et le style manga

Deux autres styles nés à peu près à la même époque que Spirou et Tintin illustrent la richesse d’expression de la BD :

  • Sous le nom de comics,  elle met en scène aux Etats-Unis des super-héros, comme Superman, né en 1938, ou comme Batman. De manière plus originale, elle foisonne au Japon et en Corée sous le nom de manga.

 

  • Le mot manga vient de « man » qui signifie divertissant et de « ga » qui signifie image. Le style manga est très marqué. En effet,  le  » mangaka « , l’auteur du manga, écrit en noir et blanc, sur un mode cinématographique et suit  un code  précis. Le lecteur occidental peut avoir du mal à s’y faire et il doit, en outre, s’habituer à lire les 100 ou 200 pages de son manga, de droite à gauche !
manga est très populaire au Japon.
L’art de manga est très populaire au Japon.

Aujourd’hui, les différents styles ont tendance à s’entremêler les uns avec les autres et de nouvelles formes d’expression séquentielle prennent toute leur place comme les romans graphiques.

Pour en savoir plus sur la BD, rendez vous  sur le site bande-dessinée.org.

 

Les techniques

Pour créer une BD, sachez rester simple. Fondamentalement, une BD est une série de textes courts  et de vignettes qui ne peuvent être compris que s’ils sont étroitement liés. Les uns ne vont  pas sans les autres  et vice-versa.

Autre principe à retenir.  « Une BD, c’est d’abord une histoire ou une idée à mettre en valeur » disent les  » coinceurs de bulles ». De ce point de vue, vous pouvez reprendre la technique du « chemin de fer » utilisée pour l’élaboration d’un magazine.

sa BD en librairie
Pourquoi ne pas voir un jour sa BD en librairie ?

Pour créer une BD,  pensez au cinéma et à la peinture, vous pouvez emprunter aux deux arts leurs techniques.

Au cinéma, vous  pouvez prendre les techniques du cadrage. Vous allez pouvoir choisir entre différentes combinaisons de plans et un nombre presque infini d’angles de vue. C’est la magie de la BD et avec un peu d’habitude, vous allez naturellement associer tel plan et tel angle de vue avec le type de message que vous voulez faire passer.

À la peinture, vous pouvez prendre les techniques de composition. Le nombre d’or, 1,618, en est le fondement depuis la plus haute antiquité. Pour être respecté, il signifie que le rapport entre la plus grande surface et la plus petite doit être égal entre la plus grande et le tout. Il va vous aider à découper vos vignettes en zones de différentes importances.

Vous allez ainsi pouvoir augmenter la dynamique de vos images, après en avoir identifié les lignes de force. Vous allez pouvoir équilibrer correctement votre composition et placer les éléments importants au bon endroit, tout en éliminant ceux qui ne sont pas indispensables.

 

Vivre mieux

Créer une BD est indiscutablement un bon moyen pour vivre mieux et la technique ne doit pas être un obstacle.

L’essentiel est que le fait de créer votre BD, de l’avoir entre les mains, de la faire partager à vos proches, vous permette de vous exprimer et de pouvoir ressentir cet événement comme une consécration.

En racontant votre histoire, sous forme de bulles et d’images, vous  donnez la possibilité à une partie de vous-même d’exister et de prendre corps. Votre objectif n’est pas de faire un « coup de librairie », mais de faire un coup pour vous-même.

 

bonheur BD
Être heureux en faisant ce que l’on aime n’a pas de prix

En matérialisant vos craintes et vos espoirs, en les libérant au lieu de les inhiber, votre BD va vous aider à vivre mieux. Elle va ouvrir une porte et une fenêtre sur quelque chose qui est en vous et qui va donner une dimension nouvelle à ce que vous êtes.

 

Créer une BD pour vivre mieux
Votez pour ce post

3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.