Créer un personnage de roman, quelle grande aventure ! Les personnages constituent le sel de votre histoire : ils intriguent, font rêver, indignent ou provoquent l’empathie de votre lecteur.

C’est pour toutes ces raisons qu’il faut accorder le plus grand soin à la création de ces personnages faits non de chair et de sang, mais d’encre et de papier. Voici la marche à suivre…

 

Créer un personnage de fiction

Avant de commencer à écrire un manuscrit, vous devez impérativement trouver des bons personnages. C’est un travail qui peut prendre du temps et qui demande une attention minutieuse.

Qu’est-ce qu’un bon personnage de roman ?

Un personnage de roman est le miroir de votre lecteur. Cela ne veut pas dire que celui-ci se retrouve parfaitement dans votre oeuvre, mais qu’il se reconnaît dans certaines de ses qualités ou de ses travers.

Dans l’Antiquité, le héros était un personnage capable de faire de grandes choses, quasi divin. Il était admiré par le lecteur qui le trouvait supérieur. Depuis le XVIIème siècle, les choses ont bien changé.

 

Le héros d’un roman n’est pas forcément un modèle, au contraire. C’est avant tout un être humain dont le comportement et la personnalité sont complexes et difficiles à cerner.

Avant tout, c’est un individu qui a un but, par exemple :

  • Découvrir la vérité.
  • Trouver l’amour.
  • Atteindre la connaissance.
  • Devenir riche.

Ces buts ne sont pas forcément « bons » ou « mauvais ». Cependant, ils doivent s’intégrer de manière habile à l’intrigue.

 

Combien de personnages dans un roman ?

Le nombre de personnages dépend avant tout de votre trame narrative. Dans le cas d’un huis clos par exemple, il se peut très bien que vous n’ayez besoin que de deux ou trois personnages.

Vous aurez alors intérêt à les travailler tout particulièrement pour leur donner de l’épaisseur. Vous pouvez aussi faire le choix de créer un grand nombre de personnages, ce qui est pertinent dans le cas d’une saga familiale par exemple.

 

La catégorie dans laquelle se classe votre roman devrait vous aiguiller. Vous n’aurez besoin que de peu de personnages dans un roman d’amour alors que qu’une grande épopée d’héroïc fantasy mérite un large panel de personnages.

 

Personnages principaux vs personnages secondaires

Faites attention à bien distinguer personnages principaux et personnages secondaires. Les premiers sont ceux sur lesquels vous devez le plus vous concentrer.

Les deuxièmes ne sont toutefois pas à négliger : ils constituent l’environnement avec lequel interagissent les personnages principaux. Il arrive d’ailleurs qu’un personnage secondaire acquiert une grande importance au fur et à mesure du récit et « échappe » à son créateur !

Ne soyez pas fermé et laissez vos personnages « vivre leur vie ». Peut-être qu’un profil qui vous paraissait secondaire au début prendra toute la mesure de sa valeur au fur et à mesure.

C’est là toute la magie de l’écriture…

 

humain personnage principal roman
L’humain est le personnage principal

 

 

 

 

« La matière première du roman, c’est l’humain »

Laure Pécher, auteur et essayiste

 

Trouver l’inspiration pour son personnage de roman 

Comment faire pour créer un personnage intéressant, qui semble quasiment « vivant » ? 

Petit questionnaire pour créer un personnage

Faites une liste de tous les personnages que vous voulez inclure dans votre roman. Bien sûr, elle n’est pas définitive et peut très bien évoluer en cours de route.

Cela vous aidera toutefois à repérer le nombre de personnages que vous devez créer et leur fonction dans le roman. Voici les bonnes questions à se poser :

  • Quel âge a mon personnage ?

Un détail qui n’en est pas un et peut influencer la perception du personnage qu’a le lecteur. Par exemple, un « méchant » d’un âge avancé a probablement une vie bien remplie derrière lui.

Une jeune personne sera probablement plus impulsive et plus encline à se mettre en danger.

 

  • Quel est le travail de mon personnage ?

Cela peut influer directement sur l’intrigue. Les cas classiques : mon personnage est avocat/journaliste/médecin légiste/ commissaire…

 

questions pour créer un personnage de roman
Toutes les caractéristiques et questions à se poser pour créer un personnage de roman

 

On va donc faire appel à ses compétences pour résoudre une enquête. Dans un roman de vie, le fait que le personnage soit un ouvrier ayant connu la misère ou une businesswoman aux affaires florissantes change absolument tout. Essayez de faire preuve de réalisme.

 

  • Où vit mon personnage ?

C’est également une phase cruciale de la construction de votre personnage. Dans un petit port de pêche, dans une mégalopole bruyante, dans une maisonnée tranquille à la campagne, dans un van itinérant…

Cela en dit long sur la personnalité de votre personnage, sur son origine socio-démographique et aussi sur son  avenir probable. Bien sûr, il faut que ce soit cohérent avec l’époque à laquelle vous avez placé votre intrigue.

 

  • Quel est le sexe de mon personnage ?

Un point qui peut sembler vital, mais qui n’est pas si important que ça. Que votre personnage soit un homme ou une femme n’empêchera pas votre lecteur de s’identifier.

Cela ne devrait pas avoir d’impact non plus sur sa personnalité. Le sexe de votre personnage est tout de même à prendre en compte au moment d’imaginer ses relations avec son entourage, d’autant plus si l’intrigue se déroule dans le passé.

 

  • Quel est le nom de mon personnage ?

Probablement un des points les moins évidents ! Le nom de votre personnage peut être très long à trouver.

Il doit résonner agréablement à votre oreille et coller un minium au rang social et à la personnalité de votre personnage. N’hésitez pas à noter toutes vos idées sur un carnet d’écrivain puis à faire le tri.

 

Attention : votre personnage n’est pas vous. Évitez de projeter vos propres peurs, pensées et émotions sur un être d’encre et de papier.

Le lecteur risque de s’en rendre compte et de se sentier floué. De plus, l’intrigue risque de perdre en intérêt car votre créativité sera bridée par cette identification.

 

Observer son environnement

Pour créer un personnage de roman, vous devez garder l’œil ouvert en permanence. Inspirez-vous de vos lectures, des films que vous regardez, des endroits où vous rendez, des conversations que vous avez….

Vous pouvez aller voir du côté des grands mythes de la littérature pour essayer de comprendre ce qui fait l’aura d’un bon personnage. Gardez toujours de quoi noter  sur vous et profitez-en pour observer les passants dans la rue, vos collègues, vos proches… Si un détail vous parle, notez-le immédiatement pour ne pas l’oublier.

 

Le physique des personnages de roman

Vient le moment de faire la description physique de vos personnages. Vous n’êtes pas obligé de le faire car, si vous remarquez bien, elle n’est pas toujours incluse dans les histoires.

Des fois, l’auteur laisse le lecteur se faire sa propre idée du physique du personnage. Toutefois, il faut bien avouer que c’est un vrai plus dans l’intrigue.

 

Sans aller jusqu’au portrait-robot, vous devez vous faire une idée précise de votre personnage de roman pour lui donner vie.

  • Quelle est la couleur de ses cheveux et de ses yeux ?
  • Est-il grand, petit, mince, épais ?
  • Quelle est son allure générale ?
  • Comment est-il le plus souvent habillé ?

C’est une bonne idée de lui donner des traits caractéristiques, comme une cicatrice, un grain de beauté ou un long nez. N’hésitez pas à jouer sur les contrastes : un personnage qui semble plein de cynisme et de cruauté peut très bien avoir un aspect angélique.

L’idéal, si vous aimez dessiner, est de tenter de dresser le portrait de vos personnages. C’est d’autant plus important dans le cas d’un roman fantastique où vous allez peut-être inventer de nouvelles races de créatures.

Vous pouvez aussi vous rendre sur un site comme Character Creator et vous amuser à donner vie à vos personnages : couleur de la peau, des yeux, forme des oreilles, de la bouche…

 

La psychologie des personnages de roman

Bien sûr, le physique de vos personnages est moins important que leur personnalité. Il peut être difficile de créer un personnage de roman qui possède une réelle profondeur et une complexité d’âme. V

ous devez réussir à capter l’essence de votre personnage.

Un bon exercice consiste à rédiger une petite histoire qui raconte le passé de votre personnage. En effet, c’est souvent dès l’enfance que l’on construit son caractère, sa morale et sa sensibilité.

Une autre bonne idée, plus insolite : demandez à quelqu’un de vous interviewer comme si vous étiez le personnage de votre roman. Vous serez forcé de répondre à des questions multiples :

  • Où es-tu né ?
  • As-tu des manies ?
  • Quel genre de musique aime-tu ?
  • Quelle est ton orientation sexuelle (hétérosexualité, homosexualité…) ?

Votre personnage gagnera ainsi considérablement en épaisseur. Vous avez le syndrome de la page blanche ?

Le site Character Generator peut vous aider en définissant aléatoirement un « background » à votre héros.

Rappelez-vous que vos personnages ne doivent surtout pas tomber dans les stéréotypes. Personne n’est courageux ou lâche, érudit ou stupide, fidèle ou déloyal…

De même, vos personnages ne disent pas toujours la vérité et ne sont pas toujours sincères avec leurs sentiments. L’écriture automatique peut vous aider à écrire les portraits de vos personnages avec sincérité.

Cela consiste à essayer de vider votre esprit et à libérer la main qui écrit. Vous pourriez être surpris du résultat !

 

citation créer un personnage de roman
On adore cette citation qui peut vous inspirer pour créer un personnage de roman

 

« Un personnage de roman, c’est n’importe qui dans la rue, mais qui va au bout de lui-même » –

Georges  Simenon, artiste et écrivain

 

Créer un personnage de roman passionnant, c’est tout à fait possible avec une bonne dose d’ingéniosité et de rigueur. Prêt à frapper les esprits ?

12 comments

  1. Je m’enlisais dans le découragement. Mais il me semble que cet article dédié au travail des personnages va beaucoup m’aider. J’en aime la simplicité et l’enthousiasme, je vais tout imprimer et m’en imprégner. GRAND MERCI ! ! !

  2. Pitié ! Pitié !
    Arrêtez de concevoir l’écriture d’un roman comme un travail universitaire. C’est faux !
    Archi faux ! je suis désolé.
    Celui qui applique des méthodes comme vous l’écrivez ne sera jamais écrivain. L’écriture est essentiellement un travail d’imagination.
    Si vous ne possédez pas d’imagination, vous ne serez jamais un écrivain. L’histoire, la trame, les personnages s’imposent d’eux-mêmes.
    À force de persévérer, d’imaginez, de vivre l’histoire durant des jours, des mois, le roman se construit tout seul.
    Il s’agit d’apprendre à percevoir avec notre sensibilité et non avec notre raison. or vous proposez une méthode rationnelle !

    1. Bonjour Pierre,
      Nous vous remercions pour votre commentaire. En réponse à votre message, il faut avoir conscience que beaucoup de personnes aimeraient écrire, mais ne savent pas du tout comment s’y prendre ni par où commencer. Nous n’avons pas la prétention de fournir une méthode « miracle », mais bien de donner un support sur lequel s’appuyer avant de laisser son imagination s’envoler…

  3. Écrire n’est pas toujours une chose facile.
    Et pourtant, cela aide beaucoup à vivre.
    Il est nécessaire d’acquérir beaucoup d’entrainement et une vrai maîtrise de l’écriture.

  4. Je suis d’accord avec Mingardon.
    Si vous n’avez pas déjà au minimum l’idée de ce que vous voulez écrire, une idée d’histoire avec des personnages et ce qu’ils vont faire, même si ce n’est pas dans le détail, votre livre ne parviendra jamais à intéresser qui que ce soit. Autant le faire écrire par un ordinateur.
    Se dire je vais écrire un livre, puis se mettre à chercher une idée, ok si c’est pour se faire plaisir à soi-même uniquement.
    Sinon, autant se mettre au crochet, il n’y a que de la technique, tout le monde peut y arriver.

  5. Quand on écrit, le point de départ est le lecteur. En effet, un livre est destiné à être lu.
    En tant que lecteur, qu’attendez-vous d’un roman ?
    Vous souhaitez être « pris » par l’histoire. Pour être passionnant, il faut être passionné. C’est la première condition. Si vous ne vivez pas l’aventure le plus intensément possible, n’espérez surtout pas que le lecteur va vous suivre dans votre aventure.
    Par ailleurs, il n’y a rien de pire qu’un lecteur qui abandonne la lecture par lassitude pour l’auteur. Quand on commence à écrire, on connaît déjà la fin.
    En effet, on part toujours d’un point A et on emmène le lecteur vers un point B. Un roman doit être construit à partir d’une idée. Si l’auteur ne fait pas cela, il a de fortes chances de se retrouver avec le syndrome de la page blanche, et il est indispensable que le lecteur à chaque ligne, puisse sentir que l’auteur l’emmène vers un point B !
    C’est le ton ( ou le style) employé par l’auteur, la situation et l’histoire du récit qui impose les personnages , leur caractères et leurs comportements, et non l’inverse ! A force de vivre l’histoire, de l’imaginer, les personnages s’imposent d’eux-mêmes. Si on imagine des personnages indépendamment de l’histoire, forcément, cela ne sera pas naturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.