Il existe plusieurs style d’écriture comme le style courant ou littéraire.

C’est un sujet d’importance. Si on écrit, c’est pour être lu.

Or, d’évidence, certains textes plaisent et d’autre pas, du simple fait de leur style. Cela vous est sûrement arrivé d’ouvrir un livre au titre prometteur et de le refermer aussitôt, après en avoir seulement lu les premières lignes.

Ne parlons même pas des innombrables textes disponibles sur internet. S’ils n’accrochent pas l’internaute en moins de 8 secondes, celui-ci a tôt fait de passer à autre chose et d’aller voir ailleurs.

Or, vous avez naturellement un style qui vous est propre.

  • Mais est-il bien efficace ? Inspirant ?
  • Y-a-t-il une manière spécifique d’écrire, pour que vous soyez lu ?
  • Existe-t-il une méthode infaillible pour l’apprendre ?

Vous pouvez, aussi, balayer toutes ces considérations d’un revers de main et dire sur un ton indigné :

« Oui, mais, j’écris d’abord pour moi-même ! « .

Hum, c’est un peu la même chose, vous ne croyez pas ?

Car, dans ces conditions, ce qui est important, c’est alors d’avoir un style qui vous ressemble. Une manière d’écrire qui va vous aider à exprimer ce que vous avez à dire. Même si vous êtes votre seul public, vous préférez sans doute trouver le mot juste et la bonne phrase pour dire le plus précisément possible ce que vous ressentez au plus profond de vous-même.

style d'écriture entrainement
Trouver son style d’écriture prend parfois des années. Mais le travail finit toujours par payer.

Bref, dans un cas comme dans l’autre, vous devez travailler votre style. Cependant, quoi qu’il en soit, vous devrez respecter quelques règles de base. Une phrase comporte toujours, entre autres, un sujet, un verbe et un complément ! Mais, avant cela, vous devez comprendre ce qui fait votre style naturel.

Style d’écriture définition

Mais, au fait, qu’est-ce-que c’est un style d’écriture ?  Pour cela, consultons ce bon vieux Larousse.  Il nous dit que :

Un style est une façon particulière dont chacun exprime ses pensées, ses émotions et ses sentiments.

Le style courant libre

Vous pouvez trouver beaucoup d’illustrations de cette façon particulière de s’exprimer en suivant les échanges entre internautes, actifs dans l’un ou l’autre des très nombreux FAQ (Foire Aux Questions) et forums, de toutes sortes, présents sur internet. On peut aussi qualifier ce style d‘écriture fluide. Pourquoi ? Parce que la compréhension en est simple et rapide. Pour ainsi dire, elle coule de source.  Tenez, par exemple, :

« Bonjour. Je me suis rendu chez un garagiste pour l’achat de mon premier véhicule avec un ami. Je précise que je me situe sur Lyon et que j’ai fait une 1 heure de route pour me rendre à St Etienne. »

Ou encore,  » salut every body, ça va bien depuis le temps ? Le 10, vous êtes au courant ? J’ai entendu parler d’un néo-zélandais qui signerai prochainement à la section paloise. En arrivant dans ce forum, j’ai été très surprise, car je n’ai vu nulle part parler dans vos bruits de couloir de Colin Slade, moi qui vous ai toujours cru bien informés. Je suis déçue. »

Et pour finir,  » bien le bonjour aux vaillants gladiateurs qui auront l’audace de venir à ma rencontre dans cette immense arène. Stimwalk vous attend, il balaye la foule d’un regard ardent, cherchant les candidats qui lèveraient la main pour se porter volontaire. Un souffle âcre, il patiente comme un lion qui a faim, sa prochaine victime est peut-être là, toute proche de lui. »

Le style professionnel libre

Ces exemples sont typiques d’un style qui peut être qualifié de courant. Il est largement utilisé et proche de la langue parlée. C’est pourquoi il est dit aussi  fluide.

Il s’oppose, en général, au style utilisé, habituellement, dans les échanges administratifs ou professionnels.  Le ton y est, en général, beaucoup plus impersonnel et beaucoup moins facile à comprendre.  Cela peut donner l’écriture suivante, également tirée d’un forum :

« Je ne suis pas expert, mais le 1408 est dans le chapitre sur la communauté légale, et dit que le « rachat de part » n’est pas un acquêt de la communauté, mais ouvre droit à récompense. Si vous êtes en communauté universelle, tous les biens sont communs par constructions (sauf exceptions genre 1404). Mais aussi les parents défunts de votre ex-mari ont-ils stipulés que leur héritage ne devrait pas tomber dans la communauté universelle de leur héritier ? Faisant obstacle et exception à votre CU ? auquel cas son 1/8 du bien est propre, comme qualifié par le notaire. Parce que sans ça, en vertu de la CU, les biens d’origine familiale tombent en CU. »

Le bien écrire existe-t-il et quel est son style d’écriture ?

A la lecture des textes précédents, vous voyez bien qu’ils peuvent être facilement améliorés, sans pour autant être dénaturés. Il suffit d’avoir le souci d’être lisible et bien compris.

Style d'écriture courant et littéraire
Écrire à la main peut modifier le rythme et parfois le style d’écriture

Alors, oui, de ce point de vue, le bien écrire existe. A partir de là, vous abordez, d’ailleurs, ce qu’on appelle l’écriture littéraire.  C’est-à-dire celle qui obéit aux normes de l’orthographe, de la grammaire, mais aussi aux principes de l’art du discours. Suivant votre rapport à ce bien écrire, il vous est facile de situer votre style. Votre écriture est soit littéraire avec toutes ses déclinaisons par genre, soit courante et plus ou moins fluide.

 

Respect des règles grammaticales

L’écriture littéraire commence par le respect des règles grammaticales. La grammaire n’est pas un truc inutile inventé par de vieux professeurs pour embêter et impressionner leurs jeunes élèves.

Le regretté maître Cappello ne disait-il avec beaucoup de justesse :

La grammaire est au langage, oral comme écrit, ce que le code de la route est à la conduite automobile, et non pas un exercice abstrait, aride, rebutant et constituant une fin en soi avec son jargon technique et ses pesantes analyses de mots et de phrases, respectivement qualifiées de « grammaticales » et de « logiques ».

Pouvez-vous imaginer un instant, une conduite automobile où chacun suivrait ses propres règles ? L’incompréhension serait totale !

Mais, le respect des règles grammaticales n’est qu’un aspect de l’écriture littéraire. Somme toute, relativement facile à suivre, si, faute d’en maîtriser toutes les subtilités, vous apprenez à vous servir d’un de ces nombreux logiciels de correction orthographique et grammatical. L’autre aspect est plutôt de l’ordre du respect de quelques principes stylistiques.

 

Respect de quelques principes stylistiques

Pour faire simple, citons-en quelques-uns.

  • La voix active est préférable à la voix passive. Ce qui donne, par exemple, quelque chose comme :   » La grammaire m’intéresse » plutôt que « Je suis intéressé par la grammaire ». C’est plus direct et plus franc.
  • La répétition de mots identiques dans plusieurs phrases à la suite l’une de l’autre est à éviter.  » Il prévoit une réunion à 15 h et il précise qu’une autre réunion aura lieu après celle-ci « . Cela fait beaucoup de réunions … Il est sans doute plus avenant de dire : « Il prévoit une réunion à 15 h et il indique qu’elle sera suivie d’une nouvelle rencontre peu de temps après. »  Cela paraît moins fastidieux.  Si les synonymes vous font défaut, n’hésitez pas à consulter les sites spécialisés. Il n’en manque pas et ils vont vous donner pas mal d’idées.

 

Synonymes et correctifs
Trouver des synonymes enrichit votre texte

 

  • Certaines expressions passe-partout sont à proscrire autant que possible. Elles donnent l’impression que vous manquez d’idées et de vocabulaire. C’est le cas avec le terrible « il y a » mis à toutes les sauces.
  • Reste le non moins épouvantable enchaînement de principales et de subordonnées à coup de « que …que … » dans une même phrase. C’est d’autant plus regrettable qu’il est toujours possible de faire deux phrases bien lisibles à partir d’une phrase alambiquée.

Ce respect est-il immuable ? L’écriture littéraire libérée

Cela dit, vous pouvez vous affranchir volontairement de ces principes et même des règles grammaticales, si vous voulez adopter un style qui vous est propre et marquer les esprits en tant qu’auteur, comme l’ont fait, par exemple, Marcel Proust ou Georges Pérec.

Ce dernier a réussi à écrire son roman  » La disparition » sans écrire une seule fois la voyelle « e ». Une vraie performance !

Quant à Marcel Proust, dans son célèbre passage sur « la madeleine » dans « A la recherche du temps perdu », il en fait l’évocation en deux phrases, l’une de 105 mots et l’autre de 68. Ce qui donne la chose suivante :

La vue de la petite madeleine ne m’avait rien rappelé avant que je n’y eusse goûté ; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d’autres plus récents ; peut-être parce que, de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s’était désagrégé ; les formes — et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot — s’étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d’expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience.

Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir.

Ouf ! Et ce sont pourtant des phrases courtes pour cet auteur, car l’une d’entre elles fait 414 mots ! Mais quelle belle maîtrise de la langue ! C’est une écriture à la fois littéraire et fluide !

Comment développer et trouver son  style ?

Développer et trouver votre style, c’est d’abord être au clair avec le public visé et c’est ensuite multiplier les lectures d’auteurs qui vous inspirent. Au fond, il vous faut commencer par savoir sur quel registre vous allez jouer. Vous pouvez le faire de plusieurs manières différentes.

Se connaître et connaître son lectorat

Qu’est-ce que vous aimez et qu’est-ce que vous n’aimez pas ?  Soyez franc avec vous-même. Si la poésie vous ennuie, vous risquez fort d’ennuyer vos lecteurs s’il vous prend l’envie d’écrire de la poésie pour quelque raison que ce soit.

Il en est de même pour toutes les autres catégories qui pourraient vous tenter, comme : les contes, les biographies, les romans, les nouvelles, les essais ou encore les BD. Rappelez-vous, on ne fait bien que ce que l’on aime.

Au-delà de la thématique, vous devez également aimer votre manière d’écrire. Comme pour  tous les auteurs, il vous est plus facile d’écrire d’une certaine manière plutôt que d’une autre. Vous excellez peut-être dans l’art de raconter une histoire, alors que faire une analyse détaillée d’une situation vous fera prodigieusement suer, et vos lecteurs aussi, par la même occasion.

En bref, vous l’aurez compris, pour améliorer son style d’écriture, écrire ne doit pas être une corvée.

S’entraîner avec les bons auteurs

Il ne s’agit évidemment pas de dresser une liste officielle des bons et des mauvais auteurs, valable pour tout le monde. La liste à laquelle vous pouvez vous référer, par contre, est celle qui réunit tous les auteurs qui, à un moment ou à un autre, vous ont emballé. Dans cette liste, il peut y avoir des auteurs dits classiques, en vérité, ils déçoivent rarement, mais surtout, il doit y avoir les auteurs des ouvrages qui vous ont marqué.

livres de référence
Gardez près de vous une sélection de livres qui vous inspirent.

Vous savez, ces ouvrages, que vous avez « cornés », surlignés, commentés en marge, et que vous gardez toujours sur un coin de votre bibliothèque. Lire et relire (rarement), ces ouvrages et leurs auteurs, c’est vous imprégner insensiblement de leur style, sans jamais, pour autant, les plagier. René Girard, le célèbre anthropologue, a bien décrit le processus à l’œuvre, dans son livre « Mensonge romantique et Vérité romanesque ». Il l’a appelé : « désir mimétique ».

En conclusion, tout texte, tout style est améliorable

Revenons au tout début et voyons, comment vous pourriez transformer le style d’une de ces phrases, sans en changer le sens. Cela pourrait donner, par exemple, la chose suivante, dans un style plus romancé ou narratif, mais aussi une écriture plus littéraire et plus fluide :

« L’autre jour, avec un ami, je me suis rendu chez un garagiste. Je voulais acheter mon premier véhicule et nous sommes allés à St Etienne. C’est à une bonne heure de route de Lyon. Là où j’habite. Eh bien, figurez-vous … »

Que s’est-il finalement passé à St Etienne, chez le garagiste ? Hum, pour le savoir, il va vous falloir lire le reste du texte …

Quel est mon style d’écriture et comment l’améliorer ?
Votez pour ce post

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.