L’écriture, c’est votre passion. Vous avez entendu parler du métier d’écrivain public et vous aimeriez en faire votre profession. Cependant, il y a un certain nombre de choses à savoir avant de se lancer dans cette carrière.

Qu’est-ce qu’un écrivain public ?

Un écrivain public rédige des documents écrits pour un public très divers. Il s’occupe de l’écriture, de la relecture et de la correction de textes commandés par ses clients.

Il travaille principalement auprès des particuliers, mais aussi des professionnels. Ce travail est peu connu du grand public.

 

Que fait un écrivain public ?

L’écrivain public a une mission principale : écrire pour ceux qui ne veulent ou qui ne peuvent pas le faire. Il aime écrire et sait adapter son style à ses clients et au type de texte demandé.

Son rôle est de rendre service en retranscrivant en mots ce qu’on lui dit à l’oral. Sa grande aisance avec l’écriture lui permet de traduire précisément ce que veut le client.

Il travaille souvent à domicile, mais peut être amené à se déplacer. Le métier d’écrivain public, aussi appelé parfois écrivain conseil® a une forte vocation sociale.

En effet, il s’agit souvent d’aider les personnes atteintes d’illettrisme, d’analphabétisme ou d’illectronisme (incapacité à répondre à des formulaires en ligne). De manière générale, il porte assistance à tous ceux qui n’ont pas la fibre littéraire ou qui n’arrivent pas à bien s’exprimer par écrit.

C’est un professionnel de confiance, qui ne divulgue pas les commandes qui lui sont assignées et sur qui le client peut compter.

L'écriture est l'art de l'écrivain public
L’écriture est l’art de l’écrivain public

 

Les qualités requises pour devenir écrivain public

L’écrivain public doit posséder plusieurs aptitudes et qualités pour mener à bien ses tâches. Tout d’abord, évidemment, il doit savoir parfaitement écrire.

Il ne suffit pas d’écrire de temps en temps pour son loisir : il faut maîtriser parfaitement la langue française (syntaxe, grammaire, orthographe, ponctuation, mais aussi formules de politesse et de convenance). L’écrivain public est tenu de connaître un minimum les nouvelles technologies car il devra souvent travailler sur ordinateur.

Il doit être expert dans le domaine d’activité qu’il a choisi (secteur économique, social, juridique…). De plus, c’est une personne très à l’écoute et très empathique.

Il doit susciter la confiance chez son client pour que celui-ci se livre à lui. Il doit savoir décoder ce qu’on lui dit et traduire des expressions et des ressentis en mots. De plus, travaillant en tant qu’indépendant, l’écrivain public doit être autonome et responsable.

Il doit savoir s’adapter à chaque client et respecter les délais. Il peut être intéressant de savoir parler une ou plusieurs langue(s) étrangère(s), pour parvenir à communiquer avec des personnes originaires d’autres pays.

 

« L’écriture, toute écriture, reste une audace et un courage et nécessite un énorme travail »

Michèle Mailhot

 

Écrivain public : différentes spécialisations

Il n’existe pas qu’une seule sorte d’écrivain public. Tout dépend des préférences de ce dernier, mais aussi des projets qu’on lui propose.

Le secteur littéraire

Certains écrivains publics rédigent exclusivement pour le domaine littéraire. Il peuvent servir de « ghost writer », c’est-à-dire d’écrivain pour le compte d’un autre et dont le nom ne sera jamais révélé.

Il peut rédiger les biographies de personnes importantes ou de personnes âgées qui veulent un livre sur leur vie. Les écrivains publics rendent aussi des services de correction et de relecture de manuscrits.

C’est utile pour les auteurs qui n’ont pas confiance en leurs compétences en orthographe, mais aussi pour les étudiants qui écrivent leur mémoire par exemple. Enfin, les écrivains publics participent à des ateliers d’écriture.

 

Le secteur administratif

Il s’agit d’un des domaines les plus importants pour les écrivains publics. De nombreuses personnes ne parviennent pas à écrire leur courrier administratif et ont besoin d’aide. L’écrivain public se charge d’être le médiateur entre son client et l’administration publique (service des impôts, du permis de conduire, de la sécurité sociale, des allocations familiales…).

C’est un spécialiste des formulaires, des lettres de réclamation, mais aussi des papiers juridiques comme les testaments ou les litiges. De plus, les écrivains publics aident les étudiants et les chômeurs dans leur recherche d’emploi en rédigeant leur CV, lettre de motivation, dossier de formation etc.

 

Le secteur professionnel

Les écrivains publics travaillent souvent pour des particuliers, mais parfois aussi pour des entreprises ou des associations loi 1901. Ils peuvent rédiger des publi-reportages, des comptes-rendus de réunion, des saisies de données…

écriture politique vision
On peut aller plus loin encore lorsque l’écrivain public prête sa plume à des discours plus politique.

Cela peut s’apparenter à une activité de secrétariat à domicile. On les appelle parfois pour écrire des discours de remerciement, d’hommage, de bienvenue…

 

« Toute écriture est politique puisque toute écriture est une vision du monde » –

Marie Darrieussecq, écrivain

 

Quelle formation pour devenir écrivain public ?

Il faut savoir qu’il n’existe aucune réglementation qui définit la nature du métier d’écrivain public. La formation professionnelle de ce dernier est donc laissée à son bon vouloir. 

 

Quel diplôme pour être écrivain public ?

Il existe seulement deux universités en France qui délivrent un diplôme d’écrivain public. La première est la licence « Conseil en écriture professionnelle et privée – Écrivain public » à La Sorbonne Nouvelle (Paris 3).

La deuxième est la licence « Écrivain public et auteur conseil » de l’université de Toulon. Sinon, plusieurs formations non reconnues par l’Etat sont assurées par des écoles privées et des organismes de cours à distance.

 

Devenir écrivain public sans diplôme 

Il n’est pas du tout obligatoire d’avoir un diplôme pour exercer en tant qu’écrivain public. Toutefois, la plupart des écrivains publics ont fait des études littéraires (licence professionnelle en lettres modernes, journalisme, professorat…).

Il peut être intéressant de suivre en complément une formation en droit ou en administration économique et sociale.

 

Quel tarif pour un écrivain public ?

Un écrivain public travaille rarement à plein temps. Sa rémunération est donc très fluctuante, tout comme les revenus d’un écrivain.

La moyenne est de 16 heures de travail par semaine. La majorité des écrivains publics exercent donc une activité complémentaire, dans les domaines du secrétariat, de la culture ou de la formation et de l’enseignement.

On peut espérer gagner de 400 à 700 euros brut par mois (avec l’heure de travail payée de 30 à 50 euros brut) en faisant ce métier. Il s’agit souvent d’un moyen d’arrondir ses fins de mois.

 

Comment s’installer comme écrivain public ?

Devenir écrivain public en auto-entrepreneur

Pour pouvoir facturer vos clients, vous devrez créer un statut juridique pourquoi pas d’auto-entrepreneur. L’avantage est que vous pouvez devenir auto-entrepreneur même si vous avez déjà un travail, que vous êtes étudiant ou à la retraite.

C’est un régime facilement cumulable avec d’autres activités et très simplifié au niveau des démarches administratives. Vous bénéficierez d’un statut social et fiscal adapté à vos besoins.

Tous les mois ou tous les trimestres, il vous faudra faire votre déclaration de revenus à l’Urssaf et vous acquitter de taxes en fonction de votre chiffre d’affaires.

« L’écriture, toute écriture, reste une audace et un courage et nécessite un énorme travail »

Michèle Mailhot

 

Les obligations légales

Attention à ne pas dépasser les limites de votre fonction. D’après la loi n°71–1130 du 31 décembre 1971, renforcée le 1er janvier 2013, vous n’avez pas le droit de faire du conseil notarial, comptable ou juridique. Il s’agit effectivement d’activités réglementées qui nécessitent un agrément.

Sachez aussi que le fait de rédiger des courriers administratifs, sociaux et juridiques, ne vous autorise pas à influencer le client. Restez prudent et respectez la déontologie de votre métier ou cela se pourrait se retourner contre vous.

Il vous faut impérativement rester neutre, même si votre sens de l’empathie vous pousse à donner des conseils à vos clients.

 

écrivain public occupe un très haut niveau d'engagement moral et déontologique.
Le métier d’écrivain public occupe un très haut niveau d’engagement moral et déontologique.

 

 

Vous devez faire afficher sur votre site internet ou dans vos locaux les tarifs de vos prestations ainsi que les coordonnées des instances judiciaires compétentes dans votre département. N’oubliez pas que vous renoncez définitivement à vos droits d’auteur, sauf mention contraire spécifiée.

Enfin, il vous faudra vous inscrire à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) si vous gérez des bases de données pour le compte de vos clients.

 

Se faire connaitre et trouver des clients

Il peut être parfois difficile de se lancer en tant qu’écrivain public. En effet, on ne sait pas à quelles portes frapper pour trouver ses premières missions.

N’hésitez pas à en parler autour de vous et à faire jouer votre réseau. Si vous travaillez déjà en tant que rédacteur, professeur ou dans le domaine social, vos collègues pourront certainement vous faire de la publicité.

Créez votre propre site internet pour avoir une vitrine de votre activité, mettez à jour vos réseaux sociaux personnels et professionnels et imprimez des cartes de visite. Vous pouvez contacter les institutions (mairies, conseil départemental, prisons, médiathèques…) ainsi que des associations (résidences sociales, centres d’aides aux migrants, groupes d’entraide…).

Vous pouvez aussi demander des conseils à l’Académie des écrivains publics de France (AEPF), au Groupement des écrivains conseil (GREC) ou au Syndicat national des prestataires et conseils en écriture (SNPCE).

Ce métier peu connu du grand public est bien souvent exercé bénévolement. Toutefois, les écrivains publics n’ont pas vocation à disparaître car l’illetrisme et l’illectronisme persistent dans notre société.

Devenir écrivain public est un acte fort, destiné à aider les autres à s’en sortir dans la vie grâce à ses compétences en écriture.

23 comments

  1. Ayant fait un burn out la semaine dernière à mon travail, je cherche à changer de métier.
    Celui d’écrivain public m’intéresse, d’autant plus que j’ai déjà aidé des personnes de mon entourage à écrire des lettres, CV…, et là je dois corriger un mémoire de 30 pages.

    Mais comment me lancer professionnellement et sérieusement ?

  2. Bonjour,

    J’aime écrire, pour moi, depuis plus de 20 ans. J’écris et je fais éditer. Seul un de mes livres a été lu (un ami, une belle-sœur, un frère). Tous ont bien aimé. On m’a dit que je devais continuer ! Ca m’a mis en confiance. Ce que j’aimerais aujourd’hui, à la veille de prendre ma retraite, c’est d’écrire les mémoires, les souvenirs, de personnes, si possible âgées, qui ont vécue des vies simples ou très riches. Bénévolement ou rémunéré, je ne sais pas encore. Une émission vue cette semaine sur LA CHAINE PARLEMENTAIRE m’a conforté dans cette idée. C’étaient toutefois des personnes malades, parfois en fin de vie, mais toutes très très lucides et très attachantes, très touchantes !!! j’aurais envie de rendre service, à ces personnes pour transmettre, mais aussi aux familles pour qui ce n’est pas toujours facile de questionner leurs anciens sur leur vie, leur passé, de peur de ….. Je suis passé par la. Pensez-vous que mon idée, qui n’est pas encore un projet, et que je dois mûrir, est une bonne idée, ou je n’ai pas le bon profil, les bonnes motivations. Dites-moi clairement ce que vous en pensez. Un grand merci.

    1. Bonjour Pierre-Marie,
      Vos motivations semblent tout à fait honorables et le projet s’annonce dès plus émouvants et des plus riches.
      Comme point de repère, découvrez peut-être comment écrire un livre sur sa vie avant d’élargir pour vous faire l’historien de celle des autres.
      N’hésitez pas si vous avez des questions, au plaisir de vous lire très bientôt.

  3. Bonjour Fanny,

    Je suis exactement dans la même situation que toi et j’aimerais que nous échangions sur notre ras le bol, notre projet, nos envies etc…

  4. Bonjour, pour être écrivain public y a-t-il la moindre obligation de diplôme formation ou autre pour exercer ? Merci et bonne journée. (J. Carte de presse depuis 2000)

    1. Bonjour Jean,
      Aucun diplôme n’est nécessaire pour exercer le métier d’écrivain public. Si vous le souhaitez, il existe toutefois des formations à distance et deux parcours, à Paris et à Toulon, débouchant sur un diplôme.

  5. Bonjour,

    Aujourd’hui consultante et formatrice en RH, j’aimerais enrichir ma vie en venant en aide aux personnes éloignées des nouveaux modes de transmissions (informatique). Je vis dans une petite commune et souhaiterais intervenir sur mon secteur géographique. Mon projet est clair mais manque de légitimité. Quelles sont les formations certifiantes pouvant me permettre d’acter cela ?
    Merci de votre aide et encore merci pour cet article.

    1. Bonjour Françoise,
      Merci pour votre message.
      Pour ce qui est de devenir écrivain public, aucun diplôme n’est obligatoire. Pour plus de légitimité toutefois, au-delà des cursus universitaires proposés dans l’article, il vous est possible de vous tourner vers certaines formations à distance, le CNFDI en propose justement une étalée sur 6 à 12 mois.
      Pour ce qui est de l’informatique, sans reprendre le chemin d’une licence ou d’un master, de nombreuses formations professionnelles existent, potentiellement prises en charge par le CPF ou le CIF en fonction de votre profil. N’hésitez pas à consulter la liste des formations proposées par le RNCP pour trouver celle qu’il vous faut.

  6. Bonjour. Je suis juriste de profession et j’ai travaillé en cabinet d’avocat, autant dire que la rédactions d’actes officiels (assignations, plaidoiries etc, j’en ai fait), toutefois j’ai constaté que beaucoup de personnes franchissaient les portes du cabinet pour des affaires qui ne nécessitaient que de simples courriers administratifs, juridiques. Je pense me lancer dans ce métier afin de compléter mes revenus, toutefois lors de la création de l’entreprise, faut il expressément indiquer le métier « écrivain public »?
    Est ce possible d’indiquer simplement  » Assistance administrative »

    Faut il indiquer un code métier lors de la création de son entreprise?

    1. Bonjour,
      Merci pour vos questions délicates. Il n’est pas certain que vous puissiez indiquer « assistance administrative » lors de la création de l’entreprise car l’imposition et les charges ne sont pas les mêmes pour les deux professions. Les deux appartiennent toutefois à la catégorie « Service à la personne » mais font partie de sous-catégories différentes, avec deux codes APE différents.

  7. Bonjour, je m’appelle Delphine et j’ai toujours voulu être écrivain public. Mais je pense qu’il est trop tard, j’ai 33 ans. Pouvez- vous me donner quelques conseils ?

    1. Bonjour,
      Il n’est absolument pas trop tard pour vous lancer, certaines vocations naissent bien plus tard. 🙂
      Pour tenter de devenir écrivain public, rien de très compliqué : peaufinez votre CV en mettant en évidence les expériences qui pourraient être intéressantes, dénichez vos offres et envoyez vos candidatures. Retravaillez éventuellement votre orthographe et vos capacité d’écriture et de synthèse.
      Comme indiqué, aucune formation n’est vraiment requise ici. Un peu de patience et de recherche, et vous aurez tout autant votre place que les autres candidats.

  8. Bonjour,
    J’ai trouvé très intéressants tous les commentaires.
    J’ai suivi par l’intermédiaire du CNFDI une formation à distance pour devenir Ecrivain Public et un diplôme avec mention très bien m’a été attribué en sept 2019.
    Je suis à la retraite et par ailleurs créatrice et animatrice bénévole d’un Atelier d’Écriture pour lequel je créé toutes les séances hebdomadaires depuis mars 2015.
    La question est de savoir comment me lancer dans le métier d’écrivain public , soit par le biais de mon association-Atelier d’écriture, soit en devenant auto-entrepreneur, soit en adoptant un système de vacations et sous quelle forme juridique dois-je me déclarer et vers qui me diriger ?
    Vos avis et conseils me seraient bien utiles.
    Avec tous mes remerciements.
    Bien cordialement,
    Danielle Pascual-Riso

    1. Bonjour Danielle,
      Merci pour vos questions.
      Pour vous lancer dans le métier d’écrivain public, il sera préférable de vous créer un statut d’auto-entrepreneur afin que vos déclarations soient plus claires. Il est important de distinguer cette activité de vos autres activités quotidiennes. Le statut se crée en quelques clics en ligne, via Portail Auto-Entrepreneur notamment. Au moment de définir le cadre de votre activité, vous cocherez alors la section Profession Libérale qui correspondra à votre statut. Quant à choisir entre BNC (Bénéfices Non Commerciaux) et BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux), la profession correspond davantage au BNC bien que de nombreuses subtilités existent. Vous recevrez alors généralement un code APE qui sera 9003B (à renseigner par la suite sur vos déclarations, mais cela viendra plus tard).

      En espérant avoir correctement répondu à vos questions,
      Je vous souhaite une très bonne continuation dans vos démarches.

  9. Bonjour,
    Me confirmez-vous que cette inscription en qualité d’auto-entrepreneur est bien gratuite ?
    Je vous remercie et vous salue respectueusement,

    LL

    1. Bonjour Lionel,
      Oui tout à fait, l’inscription en elle-même est gratuite. Il vous faudra ensuite payer vos cotisations à l’URSSAF ou éventuellement régler la CFE le moment venu, n’hésitez pas à prendre contact avec votre caisse d’impôts ou avec l’URSSAF pour plus de précision.

  10. Bonjour. J’ai 47 ans. Après de nombreuses années en entreprises direction commerciales industries, j’aimerais faire un virage peut-être un peu violent à mon âge mais aller vers le service à la personne, écrivain public, à temps plein ou partagé je ne sais pas encore, l’état ne finance plus ces métiers. Avez-vous un conseil, dois je me former, faut-il exercer en libéral ou en société, existe t-il des ateliers de partage, communication de quartier ? Mairie ? Services sociaux ? Merci beaucoup de vos conseils. AL

    1. Bonjour Alexis,
      Notre article vous apporte déjà quelques réponses, il est toujours préférable d’avoir un bagage littéraire pour ce type d’activité même si certains s’en sortent sans. Toutefois si vous souhaitez vous préparer au mieux à cette reconversion, certaines formations en ligne existent telles que celle du CNFDI par exemple, elles vous permettent de comprendre un peu mieux en quoi consiste le métier et d’acquérir les bonnes compétences, le tout à votre rythme.
      Pour ce qui est du statut, la plupart des écrivains public optent pour l’auto-entreprenariat, c’est de loin la forme la plus souple. Du reste, certains forums spécifiques à la profession ont vu le jour sur Internet, n’hésitez pas à y échanger avec des écrivains public déjà établis. Quelques ateliers ou groupes d’échange existent aussi dans certaines villes, ici encore n’hésitez pas à effectuer vos recherches en fonction de votre localisation. C’est ici que vous obtiendrez les meilleurs renseignements, vous pourrez vous adresser par la suite en mairie ou aux services sociaux au moment de proposer vos services par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.