Quand on est jeune auteur, parler d’agents littéraires, en France, relève presque de l’incongruité. On comprend la fonction, mais on la réserve aux pays anglo-saxons et aux grands auteurs, ceux dont les tirages sont exponentiels.

Les auteurs comme Houellebecq, par exemple. Grâce à son agent, son « transfert » de Flammarion à Fayard lui aurait rapporté plus d’un million d’euros… 

 

Mais, pour les autres ? En quoi recourir à un agent littéraire peut-il présenter un intérêt ?

 

Déjà que d’une manière générale les droits d’auteur ne sont pas très élevés, le recours à un agent littéraire peut donner l’impression de tomber entre les griffes de parasites d’un nouveau genre.

Comme souvent, la réalité n’est ni aussi sombre, ni pour autant merveilleuse. Certains nouveaux auteurs ne doivent leur réussite qu’au fait d’avoir su trouver le bon agent, au bon moment.

 

Pour d’autres, la plupart, elle ne leur doit rien. Traduit dans les chiffres, ce constat fait que seulement 2 % des auteurs professionnels français font appel à un agent littéraire. Ce qui est bien peu comparativement aux pays anglo-saxons où la représentation des auteurs par un agent littéraire est quasiment obligatoire.

 

 

Agent littéraire : une profession encore méconnue en France.

Cette exception française résulte de la nature particulière des liens qui attachent les auteurs français à leur maison d’édition, quand ils ont réussi à en trouver une. L’auteur est avant tout un écrivain. Pas un négociateur.

L’éditeur le sait très bien. Et si celui-ci est un passionné de littérature, c’est aussi un homme d’entreprise.

 

De son côté, heureux d’être enfin publié, l’auteur se retrouve rapidement noyé dans un océan d’affects. Il lui faut naviguer entre les appels à la confiance et les protestations d’amitié.

 

Il lui faut aussi faire preuve d’une immense compréhension à l’égard d’un secteur dont on lui dit, avec des airs de conspirateurs, qu’il est en grande précarité et toujours prêt à s’effondrer. Résultat : il se laisse faire. Bien heureux de pouvoir signer un contrat d’édition, même très faiblement rémunéré.

 

Comment donc résister à ce climat affectif qui peut être si pernicieux pour les auteurs ? Le témoignage de Véronique Morinière, auteure professionnelle jeunesse est éclairant.

La solution tient en quatre mots : prendre un agent littéraire.

Oui, mais qu’est-ce qu’il peut faire au juste ? Où peut-on en trouver ? Et combien cela coûte-t-il ?

 

Qu’est-ce qu’un agent littéraire ?

Agent littéraire définition et mission

Autrement dit, quelles sont les missions d’un agent littéraire ?

Elles sont au nombre de trois :

 

Agent littéraire définition
Les missions de l’agent littéraire

 

Une mission de sélection

Le premier service que rend un agent littéraire à un auteur, surtout quand il s’agit d’un auteur débutant, c’est, au fond, une sorte de service de relecture-correction. En effet, en recevant le manuscrit de l’auteur, l’agent littéraire va lui dire ce qu’il en pense et les raisons pour lesquelles il accepte de s’en occuper ou pas.

Il opère une sélection entre les manuscrits. Il ne suffit donc pas qu’un auteur appelle un agent littéraire pour que celui-ci accepte de se charger de sa représentation. 

 

Ce service n’existe pratiquement plus chez les éditeurs classiques, noyés sous l’afflux de manuscrits, et encore moins, dans les autres formules d’édition où l’auteur est, en réalité, un client.

Tout au plus, l’auteur qui a envoyé son manuscrit à plusieurs maisons d’édition classiques va-t-il recevoir, bien des mois après son envoi, et dans le meilleur des cas, une lettre standard l’informant des suites données à son projet éditorial.

 

Rappelons que la relecture-correction est un moment clé dans l’existence d’un livre. Elle peut décider de son succès ou de son échec.

De ce fait, certains auteurs n’hésitent d’ailleurs pas à réécrire plusieurs fois leur livre pour tenir compte des remarques que leur font leurs bêta-lecteurs. Mieux vaut réécrire son livre pour lui donner une forme parfaite, plutôt que de l’envoyer, encore mal fini, à un éditeur qui va le rejeter ou de s’embarquer dans une publication à compte d’auteur, toujours coûteuse.

 

Une mission de ciblage

Le second service de l’agent littéraire est celui de sa connaissance du monde éditorial qu’il fait partager à l’auteur qui fait partie de sa sélection. Un agent littéraire est, la plupart du temps, un ancien responsable éditorial d’une maison d’édition de renom.

Il ou elle connaît tous les rouages de cet univers. L’agent littéraire sait comment les décisions sont prises.

Il épargne à l’auteur la recherche fastidieuse d’un éditeur dont la ligne éditoriale correspond à son ouvrage.

 

Une mission de négociation

Le dernier service que rend l’agent littéraire à l’auteur dont il assure la représentation, c’est de négocier pour lui le contrat d’édition. Beaucoup d’éditeurs n’aiment pas cette intervention d’un tiers dans leur relation avec un auteur.

Et pour cause ! Elle remet en question leur pouvoir de négociation.

 

Mais, beaucoup aussi apprécient d’avoir affaire avec un professionnel de l’édition. Ils l’apprécient, en tout cas, sans peine, quand il s’agit d’éditer un auteur étranger.

Un contrat rédigé dans ces conditions, même s’il s’accompagne de discussions qui peuvent être rugueuses, est souvent plus sûr pour chacune des parties.

Un contrat d’édition, ce n’est pas qu’un contrat fait seulement pour déterminer un pourcentage sur les ventes. Ce point est évidemment un point essentiel.

 

Cependant, un contrat d’édition comprend de nombreuses clauses. Certaines peuvent être obligatoires.

Il détermine aussi, par exemple, l’évolution du pourcentage en fonction de l’évolution des ventes, les conditions de cession des droits ou encore les modalités d’une diffusion par voie numérique.

 

A noter que lorsque le contrat d’édition est négocié par un agent littéraire, il est tripartite. Il inclut l’agent littéraire comme partie co-contractante, au même titre que l’éditeur et l’auteur.

Il en résulte que son exécution par chacun des signataires est strictement définie. Pour ce qui est du paiement des droits d’auteur, par exemple, ils sont payés par l’éditeur à l’auteur et à l’agent, au même moment, pour la part qui revient à chacun.

 

Comment trouver un agent littéraire ?

Être convaincu de l’intérêt de recourir à un agent littéraire est une chose, en trouver un qui convienne à l’auteur en est une autre. La recherche est plus facile que celle consistant à trouver un éditeur, mais elle nécessite, de même, une réflexion préalable sur le profil recherché.

Pour la plupart, ils sont regroupés dans l’Alliance des agents littéraires (AALF), créée en 2016. Mais, pratiquement peu de temps après, l’AALF a rejoint le syndicat français des agents artistiques et littéraires (SFAAL), tout en gardant sa forme collective.

 

Cela dit, les agents littéraires peuvent être classés en trois catégories :

  1. Les agents à auteurs reconnus.
  2. Des agents spécialisés.
  3. Les agents conseils.

 

trouver un agent littéraire
Choisissez l’agent littéraire qui vous convient

 

Agents littéraires à auteurs reconnus

Ce n’est pas qu’ils ne prennent pas les autres, mais ces agents littéraires sont plutôt recherchés par des auteurs plutôt reconnus. Un peu comme les grands avocats.

Ils vont leur demander de renégocier leurs droits ou d’organiser leur transfert d’une maison d’édition à une autre. Compte tenu de leur expérience, ces agents peuvent aussi faire des offres de service à des auteurs qu’ils ont repérés.

 

Dans cette catégorie, on peut classer un agent littéraire comme François Samuelson, fondateur de l’agence Intertalents. On peut y ajouter l’agence Astier-Pécher, très investie dans la représentation d’auteurs étrangers.

Ou encore, la très éclectique, mais aussi très ouverte, Susanna Léa Associates.

 

Les agents littéraires spécialisés

Ces agents sont spécialisés parce que, soit ils ont mis en place une organisation particulière pour représenter des auteurs, soit parce qu’ils ne s’intéressent qu’à un certain type d’auteurs.

  • L’autre agence, fondée par Corinne Marotte et Marie Lannurien, représente beaucoup d’auteurs de non-fiction ou de fiction. Certains connus comme Thomas Piketty, d’autres moins connus comme Fabrice Nicolino. Il est recommandé d’en analyser le catalogue avant de prendre contact.

 

  • So far so good agency, l’agence de Magalie Delobelle, a réussi un joli coup en faisant publier David Diop, professeur à l’université de Pau et prix Goncourt des lycéens 2018. Précédemment, éditrice pour les éditions Zulma, elle est installée à Pau, dont les rencontres littéraires, « les idées mènent le monde », prennent, chaque année, un peu plus d’ampleur.

 

  • Un site web connu, par exemple, ne propose son programme « agent littéraire » qu’à la condition que les ventes de l’auteur aient dépassé 1000 exemplaires.

 

Les agences littéraires conseils

Elles forment une dernière catégorie. En général, elles gèrent un catalogue d’auteurs qu’elles représentent, mais ne cherchent pas particulièrement à l’enrichir avec de nouveaux auteurs.

C’est le cas, par exemple, de l’agence Trait d’Union. Elle donne, entre autres, des conseils sur les manuscrits, sur la politique éditoriale des maisons d’édition et propose des ateliers d’écriture.

 

Combien coûtent les agents littéraires ?

C’est LA grande question. Soyons clair, comme Colombe Schneck, romancière représentée par l’agence Intertalents :

 

Combien coûtent les agents littéraires
Chacun son métier 🙂

 

 

Je ne gagne pas beaucoup plus d’argent, mais ça me simplifie la vie.

 

Tout est dit. Le calcul est simple à faire.

Prenons le cas d’un auteur qui arrive, sans aide, à signer un contrat d’édition avec un taux de 8 % sur les ventes de son livre. Le prix HT est de 20 € et il en vend 1000 exemplaires. Ses droits d’auteur s’élèvent donc à 1600 €, avant déductions fiscales.

 

S’il prend un agent littéraire, celui-ci va lui demander une commission, égale en moyenne à 10 ou 15 % de ses droits d’auteur. Autrement dit, il devra soustraire de ses droits entre 160 € et 240 €. Son gain, après déduction de la commission de l’agent et avant déductions fiscales, variera donc de 1360 € à 1440 €.

Oui, mais s’il prend un agent littéraire, c’est aussi pour mieux négocier sa rémunération. Pas seulement pour se simplifier la vie.

 

Son taux sera donc plutôt de 10 % au lieu de 8 %. Autrement dit, avec 1000 livres vendus à 20 € HT, ses droits d’auteur bruts seront de 2000 €, au lieu de 1600 €. 

Il lui faudra, bien sûr, déduire la commission de l’agent littéraire, soit de 200 € à 300 €. Son gain variera alors, dans ce cas, de 1700 € à 1800 €. C’est toujours mieux que dans le cas précédent.

 

Même si ce n’est pas beaucoup plus. Et ce sont des soucis, en moins. Sans avoir à avancer des frais supplémentaires. Colombe Schneck ne dit pas autre chose.

 

Alors, un agent littéraire, oui ou non ?

Si l’intention de l’auteur est de devenir auteur professionnel, c’est incontestablement une sage décision que de demander à se faire représenter par un agent littéraire.

Cependant, même si l’agent littéraire est rémunéré par les droits d’auteur de l’auteur qu’il représente, il n’en est pas pour autant le client.

Sans être la même que pour un éditeur, l’approche d’un agent littéraire doit donc, néanmoins, être travaillée de façon similaire : analyse du catalogue des auteurs représentés, des communiqués de presse, etc.

Avec un agent littéraire bien choisi, mieux vivre de sa plume devient alors possible.

47 comments

  1. Quelle aubaine que De pouvoir être représenté par un agent littéraire, mille soucis épargnés par un auteur.
    La difficulté, c’est de réussir à en trouver un (une) qu’il (qu’elle) veuille bien prendre votre manuscrit sous son coude.

  2. Bonjour,
    Un agent littéraire me semble très intéressant.
    Je suis actuellement chez un éditeur qui ne me semble pas très sérieux.
    Sorti en 2017, mon premier livre est déjà en rupture de stock, et le deuxième n’est pas distribué comme l’était le premier.
    Côté contrat, je ne touche rien sur les deux cent premiers ouvrages; du deux-centième au cinq-centième, je touche 6% HT du prix du livre (23€) et, au-delà du cinq-centième, 7%.
    Je lui envoie des mails, il ne répond pas ou très tardivement; il n’y a pas d’échange. J’ai d’autres manuscrits sous le coude mais je ne suis plus très enthousiaste quant à cet éditeur. Où trouver un agent littéraire, sur qui je pourrais accorder toute ma confiance et qui saura trouver la bonne maison d’édition ?
    Bien cordialement.
    Pascal.

  3. Oui un agent littéraire est une aide précieuse.
    Hélas, ils ne sont pas nombreux et ceux qui sont en place ne veulent à juste raison prendre des auteurs inconnus, donc être à la recherche d’un agent ou d’un éditeur même galère, bon faut pas se décourager et persévérer, si ça ne marche pas il faut changer de direction, peut-être l’art de la peinture ????

    1. C’est un petit milieu en effet, un peu comme les agents de joueurs de foot !
      « Agissez comme s’il était impossible d’échouer »…dans la recherche d’un agent littéraire ou même…en peinture 🙂

    1. Bonjour Bernard,
      Mes recherches ne m’ont pas permis de découvrir d’agent spécialisé dans les romans historiques aussi je vous conseillerais de miser tout d’abord sur des agences plus génériques dans lesquelles votre genre sera bien accueilli telles que Pierre Astier, Anna Jarota, Trait d’Union ou Lou Fountain.

      Bonnes recherches !

  4. Bonjour,
    Merci pour ces différents articles, notamment celui qui fait l’objet de mon message.
    L’agence Littéraires me semble un impératif incontournable, mais je note que les agents littéraires « spécialisés » se cantonnent à un certain type d’auteurs qu’ils représentent ou qui ne s’intéressent qu’à un certain type d’auteurs et ne cherchent pas particulièrement à enrichir leur catalogue de nouveaux auteurs…
    Il n’y a plus beaucoup de monde chez qui sonner à la porte, non ?
    Je ne vois pas dans ces conditions, comment cette population d’acteurs peut se développer en France !?…
    La tâche pour trouver un agent ne me paraît pas si facile…
    Faut-il se méfier tant que cela du contrat d’édition d’une Maison d’éditions ?

    1. Bonjour Alain,
      Tout d’abord, merci pour vos encouragements, cela nous motive à continuer à vous guider grâce à nos articles.
      Concernant votre problématique, comme vous avez pu le lire dans notre article, très peu d’auteurs font appel à des agents. C’est en effet un très petit milieu, et peu d’auteurs ont la possibilité de travailler avec un agent littéraire. Mais ne perdez pas espoir et continuez vos recherches.
      Et sinon, il y a toujours d’autres moyens pour publier votre livre. Vous pouvez essayer de travailler en direct avec une maison d’édition. Ou bien même tenter l’aventure de l’auto-édition.
      Bon courage à vous pour la suite de vos projets.

  5. Bonjour,
    merci beaucoup pour cet article, l’agent semble une bonne solution quand on ne se sent pas armés pour se confronter aux éditeurs et à la négociation d’un contrat.
    Est-ce que les agents sont les même quand on n’est pas auteur de roman mais de livre de conseils en développement personnel?

    Merci et bonne continuation pour le site!

    1. Bonjour Lise,
      À vrai dire, les tâches de l’agent seront globalement les mêmes pour un roman ou un livre de développement personnel, mais la plupart seront en effet spécialisés dans un genre défini. N’hésitez pas à vous tourner vers les agences même généralistes, elles rassemblent souvent des agents aux diverses spécialités.

  6. Bonjour

    Je suis à la recherche poussée d’un agent litteraire spécialisé dans la poesie. Pourriez vous m’aiguiller en ce sens ?

    Bien à vous.
    Olivia

    1. Bonjour Olivia,
      Mes recherches ne m’ont malheureusement pas permis de dénicher un agent exclusivement tourné vers la poésie, mais n’hésitez pas à vous tourner peut-être vers Lora Fountain, Anna Jarota et Susanna Lea qui englobent de nombreux genres dont la poésie.

  7. Bonjour,
    Je suis à la recherche d’un agent littéraire spécialisé en roman psychologique. Pouvez-vous m’aiguiller en ce sens ?

    Merci d’avance

    1. Bonjour Laura,
      Ici encore malheureusement nous ne disposons pas de connaissances très étendues sur les spécialités de chacun mais peut-être Stéphanie Honoré vous conviendrait-elle. Elle se spécialise dans la psychologie, à voir si des romans pourraient-être acceptés ou mieux encore, tentez peut-être Otago Group.
      Bonnes recherches

  8. En gros, il faut trouver un agent qui cherchera un agent qui chercher de même un agent à son tour…. trouvera peut-être un éditeur! Au passage, on trouvera certainement des conseils de  » rewritting » comme on dit en bon français!
    Que de beaux métiers on trouve dans le monde de l’édition!

  9. Bonjour,

    Est-il possible, même si je prends la filière française de Susanna Lea Associates, que l’agent littéraire propose mon manuscrit à des maisons d’édition étrangères comme Penguin Random House ou bien encore Harper Collins ?

    1. Bonjour Pierre,
      Cela ne me semble pas impossible mais difficile à affirmer avec certitude. Cela se discute plutôt en interne, n’hésitez pas à écrire directement à la filière concernée. 🙂

  10. Bonjour
    Je suis un jeune auteur et je cherche à me faire éditer
    J’ai entendu parler d’agents littéraires
    Pourriez-vous m’indiquer à qui je dois m’adresser pour essayer d’avoir quelques conseils et peut-être éditer mon premier roman ?
    Merci

    1. Bonjour Julien,
      Pour obtenir de vrais conseils à ce sujet et des partages d’expérience, je vous conseille de faire un tour sur un forum d’écriture, le sujet y est généralement abordé et vous aurez ainsi la possibilité d’échanger avec d’autres auteurs ayant sauté le pas. Ou bien si vous souhaitez procéder directement à l’envoi de votre manuscrit, consultez peut-être nos suggestions de maisons d’édition.
      Bonne continuation à vous !

  11. Bonjour,

    Je voulais savoir s’il existe en France des agents littéraires agréés, ayant des contacts avec la plateforme Netflix.

    Respectueusement.

    Philippe.

    1. Bonjour Philippe,
      La plateforme Netflix s’est rapprochée de différents auteurs et agences notamment pour effectuer de la veille littéraire, mais il ne me semble pas que des agents en France aient pour le moment des contacts avec elle, tout du moins je ne suis pas au courant.

  12. Bonjour,

    Je suis Franco-Americain. J’écris en Anglais. J’ai publié moi-même (self-publishing) mon premier livre “Dancing with Death”, récit de voyage d’aventure. Il est le lauréat de 5 prix littéraires, et sans trop d’effort marketing, toujours meilleure vente et déjà vendu à 2500 exemplaires sur la plateforme Amazon.com

    Je suis sous contrat avec l’agence Tantor Media pour la réalisation et distribution de ce livre en format audio-book sur le marché Anglophone.

    Je suis à la recherche d’un agent littéraire pour le faire traduire, publier et distribuer en Français.

    Je suis en train de finir mon deuxième livre, un autre mémoire (Développement personnel, toujours en Anglais).

    Mon genre est donc non-fiction : Des histoires vécus, récits d’aventures et développement personnel.

    Pourriez-vous me recommander une ou plusieurs agences littéraires susceptible d’être intéressé par la traduction et représentation de mon (mes) livre(s) sur le marché Francophone?

    Merci, Bien cordialement,

    Jean-Philippe

    1. Bonjour Jean-Philippe,
      Pour vos projets, je vous conseillerais de vous tourner vers l’agence CGR en priorité ainsi que Smiling Moon Agency et Rubinstein.
      Bonnes recherches.

  13. Très bon papier (c’est si rare qu’il convient de le préciser).
    De mon côté, j’ai écrit un polar et j’ai un éditeur, qui fait le job comme on dit. Mais c’est une petite maison d’édition qui compte beaucoup sur les auteurs, ce qui est normal. Il m’est cependant très difficile de faire la promotion de mon livre. C’est juste que ce n’est pas mon métier. Je démarche des salons, des médiathèques, des librairies des blogs littéraires etc… Je le fais mal et cela me prend du temps.
    J’ignore si un agent littéraire pourrait m’aider. L’idée est une sorte de « placement de produit », au sens noble du terme. Bref un commercial qui saurait comment faire pour contacter les bonnes personnes pour que le livre trouve son public, m’aide à dynamiser mon site internet, mette en place des actions pour développer efficacement le marketing (je n’aime pas le terme, mais il faut appeler les choses par leur nom). Est-ce qu’un agent littéraire fait ce genre de choses ? Et si oui, pourriez-vous me conseiller ?

    1. Bonjour Jean-Luc, et merci pour votre commentaire. 🙂
      Un agent littéraire est censé assurer le suivi de vos ouvrages, avant et après publication, en vous aidant dans ce cas-ci à la promotion qu’ils s’agisse de bonnes adresses ou de conseils. Je ne saurais en revanche pas vous indiquer d’agence spécialisée dans votre genre littéraire, je vous inviterais donc à contacter les différentes agences ci-dessous pour exposer vos attentes :
      – Astier-Pécher
      – Trait d’Union
      – Rue des auteurs
      – Agence des livres électriques
      – Anna Jarota
      – Editio Dialog
      – Alnovas
      – CGR
      -Safran Conseil
      – Constance Joly-Girard

      En espérant vous avoir aidé, je vous souhaite de bonnes recherches. 🙂

  14. J,ai publié une saga romanesque  »La saga des Montfortin-Génestier en quatre saisons qui retrace plusieurs événements mystérieux qui s’étalent de la Révolution Française jusqu’à nos jours
    A savoir ‘L’axiome d’Euclide »  »Le jour qui changea ma vie »  »l’Amour,la Haine et la Mort »  »Mortelles Révélations »
    Ces quatre ouvrages sont en librairie,à la FNAC Décrite,Amazon etc
    je pense qu’ un agent littéraire me serait utile pour présenter l’oeuvre à différent producteur de séries TV
    Pourriez vous me recommander un agent littéraire que cela intéresserait?
    Avec mes remerciements
    PS je serais prêt à lui adresser les ouvrages concernés

    1. Bonjour Gérard,
      Bravo pour vos écrits réalisés, et pour votre désir de poursuivre encore un peu votre projet ! 🙂
      Pour ce qui est de l’agence littéraire, essayez peut-être du côté de Pierre Astier, Lora Fountain, Rubinstein, Laëns ou bien Paris-Septembre.
      En espérant que l’un d’entre eux pourra vous convenir, je vous souhaite une bonne continuation.

  15. Bonjour, Mademoiselle Carolina ! On mesure difficilement l’ impact des conseils qu’ on diffuse gracieusement pour aider les autres. Veuillez agréer ici l’ expression de mes encouragements, de même que ma gratitude !

  16. Bonjour Carolina, je suis une nouvelle auteure et je vais vous poser une qusstion peut-être bête ou déjà vu dans votre site, alors je m’en excuse par avance. Je voudrais savoir que faut-il envoyer à un agent littéraire : que le manuscrit ou bien aussi le synopsis et la lettre d’accompagnement comme pour un éditeur ?

    1. Bonjour Coralie,
      À vrai dire, tout dépend de l’agence littéraire en elle-même mais de façon globale, il sera bon de joindre 3 éléments principaux :
      – Votre manuscrit, mis en page et corrigé.
      – Une petite biographie détaillant votre parcours, votre expérience dans le monde du livre, vos projets… Elle fera office de lettre d’accompagnement.
      – Un synopsis de votre ouvrage.

      Cela peut varier d’une agence à l’autre et notamment en ce qui concerne les modalités d’envoi. Certaines par exemple refusent désormais les envois papier.
      N’hésitez à vous renseigner directement auprès des agences en question. Les précisions sont souvent directement affichées sur le site, ou bien il vous suffit de demander quelques informations supplémentaires.

      Bonne continuation à vous. 🙂

  17. Bonjour,

    pouvez-vous m’indiquer les coordonnées des agents littéraires qui représentent les livres illustrés également? Cela ne semble pas courir les rues…

    Grand merci

    1. Bonjour Benoît,
      Le choix me semble restreint en effet…
      Peut-être pouvez-vous vous tourner vers l’agent Paludes pour commencer, elle pourra correspondre à ce que vous recherchez ou simplement répondre à vos questions. Nous tenterons de notre côté d’approfondir nos recherches pour consacrer peut-être un futur article sur le sujet.

  18. Bonjour,

    Étant Agent littéraire depuis une décennie déjà, je sais que personnellement je demande un manuscrit papier, beaucoup plus pratique en ce qui concerne les annotations. Le métier est plus marketing et juridique qu’artistique. Lors d’une négociation avec un groupe d’édition de renom, on regarde comment le produit « l’artiste » peut-être mis en avant, comment formater le tout. La notion artistique vient en dernier souvent. Je suis désolée d’être réaliste et d’écorner le mythe.

  19. Bonjour, merci pour cet article, je cherchais depuis un moment une maison d’edition sans vraiment m’être penché vers les agents littéraires. En dehors des membre du SFAAL auxquels j’ai envoyé mon manuscit aujourd’hui, connaissez vous un agent littéraire qui pourrait être interessé par un roman de genre Fantastique? Merci d’avance.

    1. Bonjour Melvin,
      Je pense à l’agence Laëns qui représente plusieurs genres littéraires dont le fantastique.
      J’espère qu’elle saura vous convenir, je ne saurais malheureusement pas vous en recommander d’autres. 🙂

      Bonnes recherches.

  20. Super, merci beaucoup. Je ne connaissais pas l’agence Laens, vu qu’elle ne figure pas dans le SFAAL. Y a t-il un autre site ou il est possible de voir toutes les agences? Merci pour votre réponse en tout cas.

    1. Bonjour à nouveau,
      Malheureusement je ne connais pas de site de ce type, ce qui serait effectivement utile pour les recherches d’agences…

      Très bonne continuation à vous !

  21. Salut Carolina,
    Très bon article, merci ! C’est super d’être représenté(e) et c’est fouque ce soit si rare en France de trouver un auteur avec un agent.

    Par contre, je ne trouve pas l’info sur le processus de rémunération des agents (hors vente de livre). C’est l’auteur qui rémunère ou alors l’agent reçoit le fruit des ventes et redistribue à l’auteur ?

    Merci encore, ce blog est une belle découverte.

    1. Bonjour,
      Et merci pour votre commentaire. 🙂

      Côté rémunération, j’aurais peur de vous induire en erreur.. Les agents littéraires sont majoritairement payés grâce aux commissions qu’ils touchent, quant à savoir qui perçoit et qui répartit, je vous inviterai à poser directement la question à une agence. Nous allons creuser la question de notre côté.

      Bonne continuation à vous !

  22. Bonjour Carolina. Merci pour votre site et vos explications très claires. J’écris depuis une quinzaine d’années, essentiellement des récits et une pièce de théâtre qui a été produite à Avignon. J’ai obtenu avec l’histoire autobiographique d’une résistante un prix de littérature à Marseille. Je suis à la recherche d’un agent littéraire. Qui pourriez-vous me recommander pour des récits, ou des romans souvent proches du réel, un peu dans la veine d’Yvan Jablonka. Merci d’avance pour votre réponse.

    1. Bonjour Catherine,
      Merci pour votre commentaire, la recherche de l’agent littéraire idéal n’est pas une chose facile !
      Tournez-vous peut-être du coté de Constance Joly-Girard, Anna Jarota ou l’Agence Électrique (dès que cette dernière acceptera de nouveaux manuscrits).
      Bonnes recherches !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.