Devenir écrivain et se faire éditer n’est pas accessible à tous : c’est même souvent un vrai défi. Entre 3% et 5% des auteurs arrivent à signer un contrat avec une maison d’édition et à voir leur livre dans les rayons d’une librairie. Frustrés, les auteurs peuvent se mettre à chercher d’autres moyens de parvenir à leurs fins.

Il arrive alors que des maisons d’édition leur proposent avec complaisance d’éditer leur roman… mais leur demandent de l’argent en échange. Pourquoi ? Est-ce une bonne solution ? Nous allons éclairer pour vous les avantages et les inconvénients des maisons d’édition à compte d’auteur. 

 

Édition à compte d’auteur : la définition

La principale chose à savoir, c’est que l’édition à compte d’auteur n’est pas une vraie forme d’édition.

Ce que dit la loi sur le contrat d’édition

L’article L.132-2 du Code de la Propriété intellectuelle l’affirme :

« Ne constitue pas un contrat d’édition, au sens de l’article L. 132-1, le contrat dit à compte d’auteur. Par un tel contrat, l’auteur ou ses ayants droit versent à l’éditeur une rémunération convenue, à charge par ce dernier de fabriquer en nombre, dans la forme et suivant les modes d’expression déterminés au contrat, des exemplaires de l’oeuvre et d’en assurer la publication et la diffusion. Ce contrat constitue un louage d’ouvrage régi par la convention, les usages et les dispositions des articles 1787 et suivants du code civil ».

 

La formule « Vanity press » qu’est-ce que c’est ?

Qu’est-ce que cela signifie en pratique ? Que vous devez donner de l’argent à une maison d’édition pour qu’elle publie votre livre. Souvent considérée négativement, on l’appelle dans les pays anglo-saxons « vanity press« , c’est-à-dire « éditeur de livre qui joue sur la vanité des auteurs ».

En effet, de nombreux auteurs qui n’arrivent pas à se faire publier par une maison d’édition traditionnelle se tournent vers l’édition à compte d’auteur. Elle a donc la réputation d’éditer des romans de mauvaise qualité. Attention aux idées reçues : ce n’est pas forcément vrai et d’excellents ouvrages sont publiés par ce biais.

 

Tarif et rémunération de l’édition à compte d’auteur

Quand vous signez un contrat avec une maison d’édition traditionnelle, vous lui donnez les droits de votre livre et elle s’engage à imprimer et diffuser votre roman. Dans le cas de l’édition à compte d’auteur, c’est à vous d’avancer les frais. Les tarifs sont très variables mais peuvent vite atteindre plusieurs milliers d’euros.

Le magazine 60 millions de consommateurs avait fait en 2011 une étude comparative des prix demandés par sept maisons d’édition à compte d’auteur. Le coût allait de 1600 à 4760 euros, avec une moyenne autour de 2800 euros. Le problème, c’est que beaucoup de ces maisons surfacturent les frais d’impression et de fabrication.

Il faut donc être très attentif et bien lire le contrat avant de signer pour ne pas se faire avoir. Un contrat à compte d’auteur modèle est difficile à trouver.

 

Les bénéfices espérés

La maison d’édition à compte d’auteur vous versera des droits d’auteur variables selon le contrat signé et selon les résultats des ventes de votre livre.

Vous toucherez en moyenne 10 à 30% de droits d’auteur et la possibilité de racheter les stocks d’invendus à un prix préférentiel. Malheureusement, il est très difficile d’espérer toucher une somme d’argent conséquente avec cette solution d’édition.

Édition à compte d’auteur le chemin
Le difficile chemin de l’édition à compte d’auteur

En effet, vous devrez assumer tous les frais de fabrication de votre roman, mais aussi assurer sa diffusion et sa promotion. Il faut savoir que la plupart des librairies et des réseaux de distribution de livres ne traitent qu’avec les maisons d’édition traditionnelles. Vous risquez donc d’avoir du mal à vendre votre roman, à part à votre entourage…

 

« L »écrivain travaille toujours mais son travail ne le rend pas toujours écrivain »

Michelle Mailhot

 

Édition à compte d’auteur : la fiscalité à connaître 

Lorsque vous êtes édité à compte d’auteur, vous êtes obligé de payer des impôts sur les revenus que vous touchez. On ne parle pas vraiment de « droits d’auteur » dans ce cas particulier, mais plutôt de « rétrocession sur les bénéfices« .

Cela correspond au pourcentage sur le prix de vente hors taxe du roman qui vous est dû. Vous devrez donc vous acquitter de l’impôt sur les bénéfices. Pour cela, remplissez annuellement votre déclaration d’impôts sur les bénéfices non commerciaux.

 

Maison d’édition à compte d’auteur ou traditionnelle ?

Édition à compte d’auteur avantages et inconvénients
Avantages et les inconvénients des formules en maison d’édition.


Pour y voir clair, nous allons lister les avantages et les inconvénients de chaque camp.

Les avantages des maisons d’édition traditionnelles :

  • Vous ne prenez aucun risque financier. Si votre livre ne se vend pas, vous serez probablement très déçu, mais pas endetté ! Grâce au contrat que vous signez, c’est la maison d’édition qui prend tous les risques. 

 

  • Vous bénéficiez du prestige de la maison d’édition. Le gros avantage de ces dernières, c’est qu’elle vont vous permettre d’entrer dans le cercle très fermé des écrivains. Vous pourrez mieux vous faire connaître, être admissible à des programmes de subvention ou encore recevoir des prix littéraires.

 

Les avantages des maisons d’édition à compte d’auteur :

  • Vous êtes sûr de réaliser votre rêve. Il peut être très difficile pour un écrivain certain de la qualité de son roman de se heurter aux refus des maisons d’édition. Au moins, vous assumez votre projet jusqu’au bout et vous choisissez de mettre les moyens pour atteindre la réussite. 

 

  • Vous répondez à un besoin très précis. Dans certains cas, l’édition à compte d’auteur est le moyen parfait de publier votre roman. Par exemple : vous avez écrit votre autobiographie et vous voulez la distribuer à votre famille et à vos proches. Vous n’avez toutefois pas envie de vous embêter avec le design, l’impression… Avec une maison d’édition à compte d’auteur, vous financez la publication de votre livre sans avoir à faire de gros efforts.

 

Les inconvénients des maisons d’édition traditionnelles :

  • Vous cédez vos droits d’auteur. Pendant 20 ou 30 ans, parfois même à vie, vous donnez l’intégralité de vos droits de propriété intellectuelle à la maison d’édition avec qui vous signez. Mieux vaut être sûr de vous car vous ne pourrez pas changer d’avis…

 

  • Vous n’avez aucun contrôle sur la promotion et la diffusion de votre ouvrage. C’est la maison d’édition qui décide comment faire de la publicité (ou pas) à votre roman. De plus, même si votre oeuvre est vendue en librairie, sachez que le turn-over est très rapide. En moyenne, un livre reste seulement trois mois en rayons. Cela laisse très peu de temps pour qu’il connaisse le succès, sauf si votre maison d’édition croit suffisamment en vous pour intercéder en votre faveur auprès des librairies.

 

Les inconvénients des maisons d’édition à compte d’auteur :

  • Vous n’êtes jamais sûr de payer le bon prix. Certains maisons d’édition à compte d’auteur facturent abusivement les écrivains. Vous n’avez pas la garantie que votre argent sera utilisé à bon escient, ni que le livre sera de bonne qualité une fois imprimé. C’est un pari qui peut coûter cher. 

 

  • Vous aurez beaucoup de difficultés à vendre votre livre. Si la maison d’édition à compte d’auteur, s’engage à imprimer et fabriquer votre roman, c’est à vous d’en assurer la promotion et la vente.

 

Il faut savoir que la plupart des librairies et des réseaux de distributeurs de livres ne traitent qu’avec les maisons d’édition traditionnelles.

Vous devrez donc miser uniquement sur la vente de votre oeuvre par le bouche-à-oreille ou via votre entourage. Ce sera difficile d’espérer gagner de l’argent de cette manière.

Édition à compte d’auteur citation Stéphane Mallarmé
Êtes-vous d’accord ?

 

« Un grand écrivain se remarque au nombre de pages qu’il ne publie pas »

Stéphane Mallarmé

 

L’autoédition, une bonne alternative

En conclusion, il vaut mieux éviter l’édition à compte d’auteur, sauf si vous avez un besoin très précis et que vous ne vous voulez pas forcément devenir célèbre. Si vous ne pouvez ou ne voulez pas signer avec une maison d’édition traditionnelle, il reste une troisième solution : l’autoédition. Très intéressante, elle réunit avec harmonie les avantages des deux autres voies.

  • Vous conservez vos droits d’auteur. Pas besoin de céder vos droits pendant des décennies, vous restez le propriétaire intellectuel de votre oeuvre. C’est très rassurant pour de nombreux auteurs qui rechignent à abandonner les droits sur leur création, comme on peut le comprendre.

 

  • Vous créez votre roman de A à Z. Une maison d’édition vous mâchera tout le travail, mais vous n’aurez quasiment pas votre mot à dire sur la fabrication et l’impression de votre livre. Avec l’autoédition, vous décidez tout : le format, le papier, la reliure, la typographie… Vous avez aussi le plaisir de concevoir votre propre couverture. Il faut par contre être assez polyvalent : vous ne serez pas seulement écrivain mais aussi relecteur, graphiste, imprimeur, business man, communicant, etc.
Édition à compte d’auteur coolLibri autoédition
L’alternative à l’édition à compte d’auteur : L’autoédition

 

  • Le monde des livres numériques s’ouvre à vous. Les autoéditeurs choisissent souvent de délaisser le marché des livres papier pour se tourner vers les bibliothèques en ligne. Cela vous donne deux fois plus de chances de faire connaître votre roman, tout en réduisant fortement les coûts d’impression.

 

 

L’autoédition est donc un excellent compromis. Pour choisir cette voie, il faut par contre être sûr d’avoir la motivation et l’esprit d’initiative nécessaire pour concevoir un roman en entier. Mais vous serez d’autant plus fier du résultat !

Votez pour ce post

3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.