La vie est ainsi faite, en tout cas littéraire. Lorsqu’on pense « trouver une maison d’édition« , on pense rarement à « trouver une maison d’édition selon le genre« . De sorte qu’on tombe immédiatement sur quelques maisons dont le nombre ne dépasse pas celui des doigts des deux mains. En général, ce sont celles dont on parle le plus. Soit, parce qu’elles occupent une place privilégiée dans leur secteur. Economique, le plus souvent. Soit, parce que leurs auteurs figurent régulièrement dans les sélections des grands prix littéraires. De ce fait, elles attirent immanquablement à elles la grande majorité des milliers de manuscrits produits chaque année.

Malheureusement, à l’impossible nul n’est tenu. Et beaucoup de bons manuscrits, victimes de cet amoncellement, ne parviennent pas à percer. D’où, naturellement, de très nombreuses déconvenues parmi les auteurs qui se sentent injustement éconduits.  Or, il existe un moyen simple d’éviter de se retrouver dans une telle situation. Ou, en tout cas, d’en limiter le risque. C’est de veiller à bien choisir son éditeur en fonction du genre littéraire où on excelle.

 

Savoir reconnaître le genre littéraire dans lequel on écrit

Se lancer dans l’écriture d’un livre

La question peut prêter à sourire. Mais, c’est oublier que beaucoup d’auteurs se lancent dans l’écriture sans y penser. A juste titre. C’est la meilleure façon de pas se laisser bloquer par le syndrome de la page blanche. Alors, on écrit ce qui nous passe par la tête et on voit après. Ou on s’arrête. Ou on se dit qu’il faudrait peut-être mettre de l’ordre dans tout ça et qu’il est temps d’adopter un méthode.

En tout cas, quand on en arrive à ce stade, une chose est sûre, il est temps de se demander dans quel genre situer ce qu’on écrit. Cela peut aider. En effet, chaque genre a ses règles d’écriture. D’évidence, une pièce de théâtre ne s’écrit pas comme un roman. Et à l’intérieur de chaque genre, il y a encore des spécificités d’écriture selon la thématique retenue. 

 

Se lancer dans l'écriture d'un livre
Se lancer dans l’écriture d’un livre

 

Bref, écrire est un art qui n’est pas inné et qui s’apprend. Les livres qui en parlent ne manquent pas et les formations à l’écriture ne manquent pas non plus. Quant à refaire, après coup, ce qu’on a déjà écrit, ce n’est là qu’un des aspects du métier d’écrivain. Même les plus grands auteurs n’y échappent pas. Bernard Weber, l’auteur bien connu du cycle des fourmis, publié en 1991 par Albin Michel, conseille sans hésiter de :

Ne pas avoir peur de tout recommencer. En général, le premier jet est imparfait. On a donc deux choix. Soit le rafistoler comme une barque dont on répare les trous dans la coque avec des bouts de bois. Soit en fabriquer une autre. Ne pas hésiter à choisir la deuxième solution. Même si l’informatique et le traitement de texte autorisent toujours des rafistolages. 

Après cela, l’étape suivante est de trouver une maison d’édition selon le genre

Les cinq genres littéraires

Grosso modo, on peut classer les différents écrits dans l’un ou l’autre de cinq genres littéraires. Sans occulter le fait que certains peuvent se trouver à cheval sur deux ou plusieurs d’entre eux.  On distingue ainsi le genre narratif, le genre poétique, le genre théâtral, le genre argumentatif et le genre épistolaire. 

 

Trouver une maison d’édition selon le genre

Le genre narratif

C’est un des plus fournis, sinon le plus fourni. En tout cas, sûrement le plus populaire. Pour faire simple, il réunit dans sa catégorie tous les livres, en prose, avec un narrateur qui raconte une histoire. Suivant la thématique, le narrateur y occupe une place plus ou moins importante. Ce qui se traduit, par exemple, par le recours ou non au pronom je. Parmi les thématiques habituelles à cette catégorie, citons, entre autres : 

  • Les romans policiers,
  • Les romans historiques,
  • Romans d’aventures, SF, Fantasy,
  • Les thrillers psychologiques,
  • Les romans pour ados,
  • Les livres basés sur des faits réels.

A noter qu’en plus de la thématique, on peut classer ces différents ouvrages en fonction de leur longueur. Le roman se fait alors nouvelle, si le récit fait environ 150 pages, ou recueil de nouvelles, si le livre comprend plusieurs nouvelles de quelques dizaines de pages. On comprend bien qu’écrire un récit d’une trentaine de pages, ce n’est pas la même chose qu’en écrire un de 150 ou de 300. 

 

Le genre narratif
Le genre narratif

 

Parmi les éditeurs spécialisés, citons, entre autres : 

Polars et thrillers :

  • Les éditions Métailié qui ont été fondées en 1979 par Anne-Marie Métailié. A l’origine, la maison, indépendante, domiciliée 20 rue des Grands Augustins, à Paris 75006, téléphone 01 56 81 02 45, web editions-metailie.com, s’est spécialisée dans la littérature lusophone et hispanophone. Mais, tout en restant fidèle à ses racines, la maison a bien évolué depuis. Elle édite, notamment, le maître du polar islandais, Arnaldur Indrioason. Elle n’accepte que des manuscrits, papier et reliés, envoyés à son adresse postale, au tarif ordinaire.  
  • Noir Edition qui est une maison dont la spécialité est le roman noir. Son catalogue se répartit entre une collection jeunesse et une collection adulte. Installée 14 route de Montcontour à Bréhand 22510, on peut lui envoyer son manuscrit, à cette dernière adresse, ou directement par mail à noiredition2016@orange.fr.

Mais, aussi : 

  • Sombres Rets. A priori, la maison d’édition, association culturelle, sise 172, chemin des prudhommes, Marseille 13010, n’a pas de genre de prédilection, même si elle a une petite préférence pour le polar, et donc, est ouverte à tous les genres à partir du moment où les manuscrits vont pouvoir devenir des livres forts, au propos consistant et dont le style fait montre de l’univers personnel de l’auteur. A noter, néanmoins, que suivant l’année, elle accepte les manuscrits d’un genre plutôt que d’un autre. Il convient, par conséquent, de vérifier sa politique éditoriale du moment. De plus, elle a édicté des règles extrêmement précises concernant les soumissions qui peuvent lui être faites. 
  • Taurnada Editions. Les éditions ont été fondées par Jouël Maïssa en 2014. On les trouve 38 chemin du Candéou à Peymeinade 06530. On peut les joindre par téléphone au 06 52 39 89 77. Elles visent tout simplement à dépoussiérer le plaisir de lire, comme elles aiment se présenter. Leur ligne éditoriale recouvre, bien sûr, les thrillers et les policiers, mais aussi la SF et le Fantastique. Mais, actuellement, la maison privilégie essentiellement les polars pour lesquels son comité de lecture a un coup de coeur. Inutile de lui adresser des manuscrits par voie postale. Elle n’accepte que des fichiers Word envoyés par mail à manuscrits@taurnada.fr.

Romans historiques :

  • Les éditions Zellige. Elles sont installées 15 rue des prés, 77171 Léchelle, téléphone 33 (0) 1 45 86 44 16, mail zellige.edition@orange.fr et se présentent comme un éditeur ouvert sur le monde. D’ailleurs, l’éditeur précise que le choix même du nom de Zellige, qui peut être rapproché de mosaïque, symbolise sa volonté affirmée d’échanges, de partenariat et d’ouverture. De ce fait, son projet éditorial est plus large que le seul genre historique, et il se décline en quatre collections privilégiant quatre aires géographiques. Attention, avant tout envoi de manuscrit, la maison d’éditions demande celui d’un synopsis et d’une bio à son adresse mail.
  • Les éditions de Gascogne. Elles sont partenaires exclusifs des éditions Cairn, installées ZI Berlanne, 14 rue des Bruyères, à Morlaas 64160, téléphone 05 59 27 45 61, mail contact@editions-cairn.fr, spécialiste de l’édition et de la distribution des livres des Pyrénées et du grand sud. De ce fait, plus de 10 000 livres ont été ainsi publiés. Les éditions de Gascogne sont nées dans le giron de l’imprimerie ICN à Orthez (64). Spécialisées au départ dans le régionalisme, elles se développent aujourd’hui sur deux axes, en publiant de nombreuses biographies, telle que la biographie romancée d’Aliénor d’Aquitaine, d’Eric Leclercq, et des ouvrages autour du monde taurin, avec le sud-ouest en toile de fond. 

Romans d’aventures, SF, Fantasy

  • Editions Mondes Futuristes. Elles ont la particularité d’avoir fait leur nid dans les locaux de la librairie des dunes, 41 avenue Kléber à Dunkerque qui leur offre ainsi une vitrine unique. Créées en 2018 par Robert Decoster, les éditons Mondes futuristes ont, néanmoins, progressivement élargi leur champ d’action, de la SF à la littérature généraliste. Les manuscrits doivent être envoyés par mail à robert.decoster@hotmail.fr. Attention, les envois doivent respecter scrupuleusement la politique éditoriale du moment et des règles formelles précises.
  • Les éditions ActuSF. Elles sont nées en 2003 et sont issues du webzine du même nom. Elles sont entièrement centrées sur la littérature de l’imaginaire et recouvrent  les domaines de la SF, du Fantastique et de la Fantasy, comme le montre très bien son catalogue. Attention ! Avant d’envoyer un manuscrit, bien vérifier les conditions présentes de soumission de la maison. On peut la contacter via sa fiche contact.
  • Bragelonne/Milady éditions. La maison parisienne, elle est domiciliée 60 rue d’Hauteville, 75010, téléphone 01 56 88 20 99, créée en 2000, est devenue rapidement incontournable dans l’édition d’auteurs de SF, Fantasy, Terreur, Fantastique et de Bit-Lit. Ouf ! Le fait est qu’après avoir démarré son activité éditoriale avec la publication ou la réédition d’ouvrages anglo-saxons, la très active maison d’édition s’est progressivement imposée auprès des auteurs francophones. Elle le doit, peut-être, à un abord facile comme se plaisent à le souligner certains blogueurs. Quoiqu’il en soit, elle prévient quand même qu’elle ne prend pas en considération les manuscrits qui lui parviennent sous une forme autre que celle de son  formulaire contact

Livres pour ados

  • A dos d’âne. Dans sa présentation, la maison d’édition indique :

qu’elle propose des fictions et des récits biographiques, enrichis de dossiers pédagogiques, pour évoquer les préoccupations des pré-adolescents et des adolescents afin de les sensibiliser aux problématiques actuelles (écologie, droits humains, lutte contre les inégalités, ..).

          Voilà qui a le mérite d’être clair. La maison, fondée par Véronique Cazeneuve en 2009, a rejoint le groupe Rue des écoles, en 2019. On peut lui adresser son                        manuscrit, soit par courrier postal au 2, ter rue des chantiers 75005 Paris, soit via son formulaire de contact

  • Balivernes éditions. C’est un éditeur de livres jeunesse, depuis des albums illustrés pour les 0-3 ans jusqu’à des romans jeunes adultes et fantasy. La maison est installée 1- rue de la Douline, à Francheville 69340, téléphone 06 76 21 32 10, web balivernes.com. Concernant l’envoi de manuscrits, l’éditeur conseille de consulter régulièrement son site web pour savoir ce qu’il en est. 
  • Bamboo Edition. La maison a été fondée par Olivier Sulpice en 1997. Elle a adopté comme slogan : « Les BD qui vous ressemblent« . Située à Charnay-lès-Macon, dans la Saône-et-Loire, au 290 route des Allogneraies, téléphone 03 85 34 99 09, on peut la contacter soit par son FAQ, soit par son formulaire contact

Livres témoignages

  • Les éditions récits ont la particularité d’être animées par Jérôme Lucas, qui est biographe professionnel. Lequel va bien au-delà de la seule édition puisqu’il peut accompagner la rédaction même du récit, voire former le rédacteur à ce genre spécifique. Son champ de compétences recouvre aussi bien la mémoire d’un territoire, l’histoire de commerces et d’entreprises, que celle d’associations ou de familles. Il a d’ailleurs écrit deux guides pratiques à ce sujet.
  • Les ateliers Henry Dougier sont plus traditionnels. Ce qui n’empêche pas la maison d’édition d’afficher des ambitions qui ne peuvent que réjouir tous les apprentis auteurs. En effet, comme elle le précise, son fil rouge est la curiosité de l’autre, son secret est de donner la parole aux invisibles et son objectif est de briser les murs et les clichés. On la contacte 7 rue du pré-aux-clercs à Paris 75007 et par téléphone au 09 86 49 33 25. Envoi des manuscrits, exclusivement par mail à info@ateliershenrydougier.com. 

Editeurs de nouvelles 

  • Le mot fou est une maison d’édition créée en 2009 par Hélène Delmas, une ancienne salariée de HB Editions, pour Huguette Bouchardeau Editions, qui n’existe plus aujourd’hui et dont elle a repris la collection textes courts. La maison est domiciliée 4 avenue de l’Observatoire à Forcalquier 04300, téléphone 06 0 44 91 42
  • L’atelier du gué a la particularité d’être aussi éditeur de l’excellente revue semestrielle Brèves qui, comme son nom l’indique, ne publie que des nouvelles. La maison est basée 1 rue du village, à Villelongue d’Aude 11300, téléphone 04 68 69 50 30. On peut aussi la contacter par mail à editions@atelierdugue.com.
  • Les éditions du chemin de fer. La maison a été créée en 2005 par Renaud Buénerd et François Grosso. Elle a son siège social, cours Rigny, à 58700 Nolay, dans la Nièvre, téléphone 03 86 68 04 82, mail contact@chemindefer.org.  Avec cette petite maison d’édition, farouchement indépendante et qui dispose d’un comptoir de vente à Paris, les choses sont très claires. Elle n’accepte que les formes narratives courtes. De 40 à 90 000 signes, tout de même ! A lire, en somme, le temps d’un trajet en train ! En tout cas, ses publications font l’objet des plus grands soins  puisque chacun des tirages de tête s’accompagne d’illustrations d’un artiste contemporain. Les manuscrits doivent être envoyés uniquement par voie postale.

Le genre poétique

Il est apparemment le plus facile à déterminer. 

La treizième revient … C’est encor la 

première ;

Et c’et toujours la seule, – ou c’est le 

seul moment :

Car es-tu reine, ô toi ! la première ou

dernière ?

Hum ! Pas sûr que ces premiers vers du poème, intitulé « Artémis » écrit par Gérard de Nerval (1808-1855) réconcilie les réfractaires au genre poétique avec l’écriture poétique ! Il est un brin ésotérique. Bien dans le goût romantique du poète et de son époque. En fait, le trait distinctif de cette écriture, c’est en quelque sorte ce qu’elle ajoute au langage en tant que tel et qui n’appartient qu’à elle. Des sonorités, des rythmes, des images. Raison pour laquelle, elle est toujours bien présente dans les manuscrits. Encore aujourd’hui.

 

Le genre poétique
Le genre poétique

 

D’autant que la poésie moderne s’est affranchie de toute règle de versification. D’où quelque fois le sentiment de ne plus savoir si on a affaire à un poème ou à un texte d’un nouveau genre. Comme dans le texte poétique, intitulé « Je t’aime » écrit par Ghérasim Luca (1913 – 1994) qui commence ainsi :

Quelques objets tendrement hétéroclites tels que le bouton de corsage ou de sonnette, une toile d’araignée ente les dents du peigne, un savon à côté d’un inconnu ou d’une bague, et la mythologie de l’orgie s’avance vers la signification voluptueusement moderne des fétiches, des choses qui se passionnent et s’entretuent pour les choses, etc.

Deux éditeurs de poésie en plus des 15 d’une précédente sélection

  • Les éditions du Cygne, fondées en 2003, et à l’origine, centrées sur les lettres francophones belges, sont une des rares maisons d’édition à éditer de la poésie tout en étant un éditeur généraliste. En effet, outre de la poésie, les éditions du Cygne éditent des ouvrages de géopolitique, d’actualité, de témoignages ou encore de littérature. Entre autres, comme le montre leur catalogue. Elles sont installées 4 rue vulpian à Paris 75 013, téléphone 01 55 43 83 92, mail editionsducygne@gmail.com. Pour les manuscrits, mieux vaut avoir pris la peine d’avoir lu quelques ouvrages de l’éditeur, dans la collection visée, avant de les envoyer par mail.
  • Cardère éditions est une maison d’édition, sise 16 rue Agricol Perdiguier, à Avignon, 84000, téléphone 06 03 17 85 65, qui s’est spécialisée dans le pastoralisme et les sciences humaines et sociales. Normal, elle a été fondée par Bruno Msika qui se présente comme écologue pastoraliste. Du pastoralisme à la poésie, il n’y a qu’un pas, franchi depuis bien longtemps avec Les Bucoliques, de l’auteur latin Virgile. Rien d’étonnant donc à ce que la maison d’édition publie aussi des recueils de poésie à côté d’autres ouvrages consacrés, par exemple, aux techniques pastorales ou encore aux brûlages dirigés. On contacte la maison principalement par son mail bouquins@cardere.fr ou par sa fiche contact. Même chose pour l’envoi de manuscrits.

 Le genre théâtral

Par quelque bout qu’on le prenne, ce qui distingue le genre théâtral des autres, c’est qu’il est entièrement fondé sur une succession de déclarations, réunies en scènes et en actes, dont chacune est précédée du nom de celui qui parle. Plus des indications scéniques pour orienter le jeu des acteurs chargés de donner vie au texte. Ajoutons qu’on peut placer dans la même catégorie tout ce qui peut être assimilé à un scénario de film, voire même de BD !

On se rappelle la tirade, on ne peut plus classique, et en vers, s’il vous plait, de Don Rodrigue à Don Fernand dans l’acte IV, scène 3, du « Cid », pièce écrite par Corneille en 1637 :

Don Rodrigue :

Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt 

renfort

Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port,

Nous voilà bien loin de la fameuse tirade connue sous le nom de « tirade du con », déclamée par Pierre Arditi dans le film, réalisé en 2017  par Jacques Santamaria, intitulé « Quelque chose a changé ». 

Deux éditeurs de pièces de théâtre en plus des 12 d’une précédente sélection

  • L’Agapante et cie a été créée en 2001 avec la revue Atelier-théâtre. Laquelle ne compte, aujourd’hui, pas moins de 60 numéros. Emmenée par le duo constitué d’Elisabeth Gentet-Ravasco et de Sophie Balazard, la maison publie ses auteurs dans l’une ou l’autre de ses trois collections : Jeune théâtre, La scène aux auteurs et Pratiques de la scène. Elle est située 35 rue Moissan à Noisy-Le-Sec 93130, téléphone 09 53 21 87 49. On peut la joindre via son formulaire ou par mail à agapante@gmail.com.
  • TriArtis est, comme le précise son site web, : 

    Une maison d’édition littéraire, ouverte à toutes les idées intempestives et créations originales privilégiant la correspondance, le théâtre et les formes brèves.

           La maison, 19 rue Pascal 75005 Paris, dispose également d’une salle de spectacle en plein coeur du quartier latin. On la joint par téléphone au 09 51 74 96 29                et  par mail via triartis.editions@gmail.com.  A noter qu’elle n’accepte que les manuscrits uniquement envoyés par mail.    

Le genre argumentatif

C’est le genre qui rassemble, on s’en doute, tous les écrits sous forme d’essais, ayant un thème, par exemple, philosophique, de sciences humaines ou encore politique. Le site espacefrançais.com définit l’essai, pour sa part, de la manière suivante : 

On appelle « essai » un ouvrage qui développe une réflexion, qui expose des opinions, un point de vue personnel sur un sujet quel qu’il soit. 

 

Le genre argumentatif
Le genre argumentatif

Trois éditeurs se détachent :

  • Les éditions de l’Observatoire, créées en 2016, se définissent certes comme une maison d’édition généraliste, mais comme elle le dit elle-même son « catalogue vise à décrypter l’actualité au travers d’essais, de documents, d’analyses politiques, de témoignages traitant de faits et de personnalités qui contribuent à la construction de la société contemporaine. » Voilà, tout est dit en quelques mots de sa politique éditoriale ! La maison est dirigée par Muriel Beyer et fait partie du groupe Humensis. C’est là aussi qu’on trouve les éditions PUF ou Que sais-je. Le siège social du groupe est situé 170 bis bd du Montparnasse à Paris 75014 et son téléphone est 01 55 42 84 00. A noter 01 55 42 72 56 pour les éditions de l’Observatoire. 
  • Les éditions Sciences Humaines occupent également une grande place dans la publication d’essais. Rappelons qu’elle est aussi l’éditrice de la revue bien connue du même nom. Comme la maison le dit elle-même, elle publie essentiellement « des livres offrant aux lecteurs un état des connaissances dans les différentes disciplines qui forment les sciences humaines ; -la psychologie, -la communication, -la philosophie, -la sociologie, – l’histoire, – l’anthropologie, -l’ethnologie, – l’éducation, – la science politique … » Autrement dit, tout le champ des sciences humaines. L’éditeur a son siège social à Auxerre, 38 rue Rantheaume, BP 256, 89004 et son téléphone est 03 86 72 07 00. 
  • Les presses universitaires d’une des grandes villes universitaires de France sont aussi un bon moyen pour publier un essai ou surtout le résultat d’une recherche, en principe, réalisée dans l’université du siège des éditions. On trouve ainsi des presses universitaires à Paris Nanterre, distinctes des PUF qui dépendent du groupe Humensis, à Lyon, à Rennes ou à Grenobles, chacune avec ses particularités propres.

Le genre épistolaire

Dernier genre de littérature, qu’illustre brillamment l’inoubliable marquise de Sévigné, le genre épistolaire a toujours ses adeptes et une maison d’édition s’en est fait une spécialité. 

 

Le genre épistolaire
Le genre épistolaire

 

Les éditions Envolume ont une politique éditoriale bien affirmée, engagée même, et dans ce cadre sont attentives aux romans épistolaires dès lors que « le livre nous remet en cause, force notre écoute, configure notre réalité et se confronte à notre culture ». De ce point de vue, pour elles « Le roman épistolaire nous plonge dans l’intimité des personnages et nous permet ainsi de comprendre au mieux leur réalité psychologique« . Et de citer parmi ses romans épistolaires préférés : « La Bonne Distance », de Eve Chambrot, « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates », de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows, ou encore, « Un homme à distance », de Katharine Pancol. On peut envoyer les manuscrits par voie postale au 101 rue du Cherche-Midi, Paris 75006, téléphone 01 77 10 84 66 ou par mail à courrier@editionsenvolume.com.

 

En bref, que faut-il savoir avant d’envoyer son manuscrit à un éditeur ?

On peut le résumer en quatre points. On conseille notamment de : 

  • Ne s’adresser qu’aux éditeurs spécialisés dans le genre dans lequel on écrit.
  • Privilégier les petites maisons d’édition indépendantes.
  • Mener une recherche exhaustive sur internet pour trouver une maison d’édition par genre adaptée au profil de son manuscrit.
  • Et, faute de trouver une maison d’édition selon le genre, rien n’est encore perdu. Il reste encore la possibilité de consulter les collections des grandes maisons généralistes.

Et si vraiment, cette recherche s’avère infructueuse, ne pas en déduire quand même que le manuscrit est sans valeur. Mais, plutôt qu’il ne correspond pas à l’attente du moment des éditeurs. Attente qui peut être totalement fausse ou faussée. Reste donc toujours la solution de l’autodition et ses beaux succès que n’ont pas su voir venir les éditeurs classiques.

Alors, quel que soit le public pour lequel on écrit, les retraités, ou, pourquoi pas, les amateurs de barbecue, par exemple, ou quoi que ce soit d’autre, on peut toujours avoir le plaisir de le faire imprimer. Et qui sait, de répondre à un véritable besoin. Totalement inattendu. Et pour cela, il n’y a qu’une façon de la savoir, c’est de publier !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.