Vous êtes écrivain et vous avez envie de faire trembler vos lecteurs ? Tel Maxime Chattam, Stephen King ou Harlan Coben, vous souhaitez entrer dans l’histoire du thriller psychologique ?

Même si il n’y a pas de recettes infaillibles, quelques astuces existent tout de même. Il est bon de les connaître pour écrire un livre thriller psychologique réussi.

 

Roman psychologique : les caractéristiques principales

Pour commencer, qu’est-ce qu’un thriller psychologique ? Ce mot nous vient tout droit de l’anglais « to thrill » qui signifie « frémir ». Ce genre de roman a pour ambition de faire peur aux lecteurs, mais sans tourner au livre horrifique.

Il tient du roman noir mais aussi du roman policier pour de nombreuses caractéristiques. L’intrigue tient en haleine grâce à de multiples retournements de situation et des moments très stressants.

Le personnage est en général pris dans un étau inextricable et doit fuir ou se défendre pour sa vie et celle de ses proches. Une épée de Damoclès est toujours pendue au-dessus du héros, rendant ainsi l’intrigue glaçante et palpitante.

 

Le roman psychologique moderne, un genre à la mode

Ecrire un livre thriller psychologique est assurément un bon moyen de produire un best-seller. En effet, les Français raffolent de ce genre littéraire.

 

 

écrire un livre thriller psychologique
Quel livre thriller ou psychologique allez vous écrire ?

Il n’y a qu’à voir le succès de romans comme « Ne te retourne pas » d’Alison Gaylin, « La fille du train » de Paula Hawkins ou encore « Avant d’aller dormir » de S.J. Watson. En librairies, un livre sur quatre vendu en 2018 était un roman à suspense.

Ce chiffre énorme montre bien la prépondérance de ce type de littérature dans les rayons.

 

Une passion pour les thrillers qui s’explique

Pourquoi les lecteurs aiment-ils autant les romans psychologiques ? Tout d’abord parce que l’être humain aime se faire peur pour se sentir plus vivant.

Ensuite parce qu’il peut bien souvent s’identifier aux héros qui vivent une existence normale… avant que tout bascule. Il y a un effet « ça aurait pu m’arriver » qui donne le frisson aux lecteurs.

Il ne faut pas se cacher non plus qu’il y a un effet voyeuriste : les lectures un peu glauques inspirent à la fois fascination et dégoût, surtout lorsqu’il s’agit de crimes. C’est sûrement la part obscure cachée en chacun de nous…

Enfin, les lecteurs apprécient de faire fonctionner leurs méninges pour résoudre une enquête ou trouver qui est le vrai coupable. 

« Le lecteur aime se faire peur »

Franck Thiliez, auteur de romans

 

Ecrire un livre thriller psychologique : un scénario en béton

Prêt à attaquer votre manuscrit ? Avant de vous lancer dans le travail d’écriture proprement dit, vous devez soigner votre intrigue. 

Trouver l’inspiration

N’hésitez pas à lire beaucoup de thrillers afin de devenir un expert en suspense. Bien sûr, il ne s’agit pas de copier les intrigues des autres écrivains, mais de comprendre les rouages de la narration et de faire naître des idées en vous.

De même, regardez des films à suspense à la télévision ou au cinéma pour vous donner des pistes. Les auteurs de thrillers psychologiques disent souvent s’inspirer d’histoires qu’on a leur a raconté ou de faits divers entendus dans les médias.

Soyez à l’affût de ce genre d’informations qui peut vous servir pour votre manuscrit. Attention toutefois : ne reprenez pas un fait divers tel quel et évitez les références à des affaires criminelles récentes.

Il ne s’agirait pas de heurter la sensibilité des familles des disparus ou de faire preuve de sensationnalisme.

 

Se documenter

Si votre scénario s’inspire de faits réels ou se situe à une époque ou dans un environnement particulier, vous devrez préalablement vous documenter. Par exemple, une intrigue qui se déroule dans les années 70 ou dans le milieu hospitalier nécessitera quelques recherches.

 

Livre psychologique : la documentation et le sens du détail marquent la différence
Livre psychologique : la documentation et le sens du détail marquent la différence

 

Vous devez coller au plus près de la vérité pour convaincre vos lecteurs. Si vos personnages parlent d’autres langues romanes que le français (espagnol, italien, portugais…), ne faites pas de fautes lexicales !

 

Construire son intrigue

Essayez ensuite d’avoir une vue d’ensemble de vos chapitres en construisant un plan, même approximatif. Vous pouvez utiliser des logiciels d’assistance à l’écriture pour vous aider à planifier votre histoire.

Le déroulement de votre intrigue doit être implacable et mener lentement mais sûrement à une fin éclatante. Au  niveau de la narration, essayez d’adopter des angles multiples.

Le lecteur aime avoir le point de vue du héros, mais aussi celui du méchant. C’est très excitant d’être dans la tête du criminel et de pouvoir connaître ses pulsions les plus sombres.

De plus, cela vous permettra de distiller petit à petit des éléments de l’intrigue : vous pourrez fournir à votre lecteur des détails que le héros ne connaît pas encore. Cela accroît l’attente et fait monter le suspense.

 

Créer ses personnages de romans psychologiques

Prenez du temps pour la création des protagonistes de votre roman. Ils sont l’essence même de votre livre et leur portrait doit être brossé consciencieusement.

Le héros

Votre personnage principal doit être être suffisamment semblable à vos lecteurs pour qu’ils puissent s’identifier à lui. Il doit avoir une famille, des amitiés, des amours, un travail…

Tout élément qui puisse créer de l’empathie avec le lecteur. C’est un personnage à qui il arrive des choses hors du commun, qui le sortent de sa petite vie normale.

 

L’anti-héros

Une autre sorte de personnage principal peut être utilisée pour le bien de l’histoire. Il s’agit de l’anti-héros, qui présente un ou plusieurs vice(s) : alcoolisme, solitude, paranoïa…

Ce personnage vit quelque chose de douloureux, il vient par exemple de divorcer ou de se faire licencier. Il doit s’agir de situations difficiles, mais qui peuvent arriver à tout le monde.

Malgré ces déconvenues, l’anti-héros est tout de même déterminé à faire le bien autour de lui.

 

Le méchant

Le méchant est un personnage crucial de votre roman. Même si on le connaît pas forcément, le portrait qui en est dressé doit être bien dosé pour inspirer la peur.

Il est souvent doté d’une intelligence hors du commun et d’un esprit retors. La plupart du temps, le méchant souffre d’une maladie mentale ou de graves déviances qui relèvent de la psychanalyse.

Il a déjà été en prison ou dans un asile, mais en est ressorti toujours animé de mauvaises intentions. De plus, il a un signe distinctif, physique ou mental, qui le caractérise et peut le trahir.

 

Roman à suspense psychologique : faire peur aux lecteurs

Pour insuffler la peur dans le cœur de vos lecteurs, vous devez connaître les rouages psychologiques qui vont susciter l’effroi.

Faire entrer l’horreur dans un monde familier

Une des méthodes les plus efficaces est de détruire les repères du héros. Dans les premières pages de votre roman, introduisez un environnement rassurant et sécuritaire.

Les protagonistes reviennent d’un merveilleux voyage, s’apprêtent à fêter Noël, passent l’été dans leur maison de vacances… quand soudain, l’horreur arrive.

Cette technique bien connue est idéale pour que le lecteur s’identifie et se sente en confiance, avant d’être déboussolé par l’irruption d’un événement effrayant. De même, faites appel à des situations connues de tous : s’ennuyer dans un train, rentrer du travail fatigué, être réveillé au beau milieu de la nuit par un cauchemar

 

Faire appel aux phobies les plus communes

Pour écrire un livre thriller psychologique réussi, vous devez trouver ce qui fait peur aux gens. Certaines phobies sont bien connues : les clowns, les araignées, le noir…

 

Les personnages et les phobies qui font appels à l'imaginaire de la terreur
Les personnages et les phobies qui font appels à l’imaginaire de la terreur sont à exploiter.

Sans relever de l’ordre de la phobie, de nombreux objets peuvent faire naître une appréhension, comme les outils tranchants ou encore les seringues. Pensez aussi aux peurs les plus communes dans la population : bien des personnes souffrent du vertige, sont claustrophobes ou bien agoraphobes.

D’autres craintes sont plus insidieuses : les enfants, censés être l’incarnation de l’innocence, peuvent être très inquiétants…

 

Jouer sur l’anticipation de la peur 

L’anticipation d’un événement est souvent bien pire que l’événement en lui-même. Exemple : vous avez la phobie de l’avion et vous devez prendre un vol pour les Etats-Unis.

Le pire moment se passe bien avant le décollage de l’appareil, quand vous imaginez tous les scénarios possibles. Pour écrire un livre thriller psychologique efficace, vous devez rechercher cet effet.

Il faut que le malaise du lecteur augmente à mesure qu’il se demande « mais que va-t-il bien pouvoir se passer ? ». C’est le secret d’un livre à suspense qui fonctionne vraiment.

 

Créer le doute

Ce qui est vraiment angoissant, c’est de ne pas savoir. Rien de pire que les situations où tout semble aller bien mais où on sait, au fond de soi, que quelque chose dénote.

Créez une véritable atmosphère en choisissant votre vocabulaire et votre style d’écriture. Une petite phrase glissée au détour d’une description ou une menace insidieuse cachée dans un dialogue entre deux personnages peut faire beaucoup d’effet.

Une bonne technique consiste à instaurer des certitudes chez votre héros (et chez votre lecteur du même coup) avant de les réduire en miettes. Par exemple : la protagoniste découvre que son mari lui a menti et n’est pas la personne qu’il prétend être…

 

le registre de la peur pour écrire un thriller citation
le registre de la peur pour écrire un thriller marche à plein pot.

 

 

« On a peur, on s’imagine avoir peur. La peur est une fantasmagorie du démon »

Georges Bernanos, écrivain

 

Votre thriller psychologique est terminé ? Félicitations ! Imprimez-le sur CoolLibri.com, expert de l’impression de livres de qualité en ligne.

Vous êtes fin prêt à donner des sueurs froides à vos lecteurs.

4 comments

    1. Merci à vous Joëlle pour le commentaire. Nous sommes ravi de pouvoir vous aider dans le processus d’écriture de votre thriller psychologique.
      Un autre style dans la même mouvance existe pour lequel nous avons écrit un article : écrire un roman noir peut aussi vous aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.